⚠️ NOTE IMPORTANTE : Vulnerabilité OpenSSH CVE-2024-6387

Vous pouvez organiser des réunions sur Communicator !

23. Réglages

Temps estimé :156 minutes

Les réglages sont utilisés pour définir les variables globales du système. Ces réglages sont appliqués à l’ensemble du système s’ils ne sont pas spécifiés à un niveau inférieur.

Tenants

L’administration du système PBXware MT permet théoriquement d’administrer jusqu’à 800 tenants (locataires) esclaves à partir d’une seule interface d’administration.

Cet écran affiche tous les tenants du système avec les détails suivants :

  • Nom du tenant:

    Nom de tenant unique et personnalisé sur le réseau.

  • Code de tenant

    Code de tenant personnalisé unique.

  • Pack

Nom du package utilisé par un locataire esclave.

  • Modifie la configuration du serveur.
  • Supprime un tenant du système.

Modifier le tenant principal (Master Tenant)

Les paramètres du tenant principal sont utilisés pour définir les variables MT globales. Ces paramètres sont appliqués à l’ensemble du système sauf indication contraire à un niveau inférieur.

Info réseau

  • Nom du serveur :

    Saisir le nom du serveur personnalisé (parfois utilisé dans les notifications du système).

  • Adresse PBXware :

    Saisissez l’adresse IP sur laquelle le daemon PBXware s’exécute. Comme le daemon PBXware fonctionnera toujours sur le même serveur, cette adresse IP ne peut pas être modifiée et elle est toujours ‘127.0.0.1’.

  • Utiliser la résolution DNS pour Communicator

    Sélectionnez si Communicator utilisera ou non la recherche DNS SRV.

  • Adresse de proxy SIP Communicator (:port):

    Entrez l’adresse IP publique/domaine de Communicator SIP Proxy.

  • Serveur de QR Code :
    Entrez l’adresse publique de PBXware
  • Nom de domaine :
    Indiquez le nom de domaine complet de ce serveur

Provisionnement Automatique

Provisionnement Automatique définit les valeurs à utiliser pour le système de provisionnement automatique afin de créer des fichiers de provisionnement automatique correctement en fonction de la localisation de l’UAD (locale/distante).

  • Nom d’utilisateur HTTP

    Nom d’utilisateur pour le provisionnement automatique HTTP. Requis pour l’authentification des requêtes de provisionnement automatique avec le serveur PBXware.

  • Mot de passe HTTP

    Mot de passe pour le provisionnement automatique HTTP. Requis pour l’authentification des requêtes de provisionnement automatique avec le serveur PBXware.

  • LAN Nom d’hôte/IP :

    Adresse IP du réseau local utilisée pour l’auto-approvisionnement des UAD locaux.

  • WAN Nom d’hôte/IP :

    Adresse IP du réseau étendu utilisée pour l’auto-approvisionnement des UAD distants.

  • Nombre max. de requêtes :

    La valeur présente le nombre maximum de demandes de provisionnement automatique acceptées par PBXware dans une période d’une minute.
    Si le nombre de requêtes est supérieur au nombre défini, l’adresse IP de la requête de provisionnement sera bloquée pour une période de 5 minutes.
    L’utilisateur pourra toujours accéder à l’interface graphique de PBXware.

  • Serveur LAN Communicator :

    Adresse IP du réseau local de PBXware que les utilisateurs, se connectant à PBXware depuis le réseau local, utiliseront pour enregistrer leurs clients Communicator.

  • Serveur WAN Communicator :

    Adresse IP WAN de PBXware que les utilisateurs, se connectant à PBXware depuis le WAN, utiliseront pour enregistrer leurs clients Communicator.

  • Validation du certificat du client TLS

Activer la validation du certificat client TLS

  • Activer TFTP :
    Le service TFTP est désactivé par défaut. Pour l’activer, réglez cette option sur Oui, puis démarrez le service manuellement à partir de la page Services.
  • Utilisation du serveur DNS si possible :
    Si les téléphones doivent utiliser les enregistrements DNS SRV pour trouver le port SIP du serveur DNS, si le téléphone le prend en charge.
  • Hôte WAN pour DNS SRV :
    Adresse IP/domaine du réseau étendu pour l’hôte DNS SRV.

E-mail

Au cours de son fonctionnement, le système envoie des notifications et des alertes par courrier électronique à divers utilisateurs et administrateurs. Ces courriels peuvent être envoyés à l’aide d’un “serveur de messagerie local” intégré ou d’un serveur SMTP distant.

  • Depuis l’adresse mail :
    Permet de définir le champ Depuis : dans E-mail.

Localité

La localité définit l’endroit où le système fonctionne.

  • Pays :

    Pays à partir duquel le serveur est en fonctionnement.

  • Zone DAHDI :

    Ignore la détection automatique du pays
    Il est recommandé de maintenir ce paramètre sur “Automatique”.

  • Indications :

    Quelles indications (sonnerie, occupé, etc.) doivent être utilisées par PBXware ?

  • Indicatif téléphonique :

    Indicatif régional dans lequel le système est situé ou à partir duquel il fonctionne.
    (Par exemple, si le système est situé à New York, indiquez ici l’indicatif régional de New York (212)).

  • Code de numérotation national :

    Code nécessaire pour composer des destinations nationales.

  • Laisser le code national :

    Dans certains pays, le code national est automatiquement supprimé. Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, le code national ne sera pas supprimé du numéro composé.

  • Code de numérotation international :

    Code nécessaire pour composer des destinations internationales.

  • Code de numérotation international :

    Code nécessaire pour composer des destinations internationales.

  • Symbole devise / code ISO :

    Symbole de la monnaie du pays où se trouve le serveur.

  • Modèle d’écriture des devises :
    • Symbole avant montant – Le symbole de la devise sera affiché avant le montant.
    • Symbole après le montant – Le symbole de la devise sera affiché après le montant.
  • Longueur minimale du numéro composé :

    Définir le nombre minimum de chiffres composés pour qu’un appel quitte le système.

Services d’urgence

En cliquant sur le bouton “Services d’urgence”, une fenêtre pop-up apparaît dans laquelle les utilisateurs peuvent saisir les numéros d’urgence de la police, des pompiers et de l’ambulance.

  • Notification par e-mail :
    Après avoir composé l’un des numéros d’urgence, un courriel sera envoyé à l’adresse indiquée dans ce champ. Les utilisateurs peuvent saisir une ou plusieurs adresses électroniques en fonction de leurs préférences et de leurs besoins.
    Si plusieurs adresses sont ajoutées, elles peuvent être séparées par une nouvelle ligne ou un point-virgule ‘;’.

La boîte est redimensionnable, ce qui rend son utilisation plus pratique.

Pour plus d’informations, veuillez vous référer aux captures d’écran.

Numérotation par défaut

La numérotation par défaut est définie lors de la configuration initiale du système afin de déterminer le nombre de chiffres que le système utilisera par défaut. Vous pouvez sélectionner une valeur comprise entre 2 et 16.

  • Longueur de chiffre d’extensions :

    Nombre de chiffres utilisés par le système pour créer des extensions locales, des SVI, des files d’attente, des boîtes de messagerie vocale, des conférences, etc. Cette option n’est disponible que pendant la procédure d’installation de l’assistant d’installation. Pour modifier le nombre de chiffres après l’installation de l’assistant d’installation, vous devrez supprimer toutes les extensions, les groupes de sonneries, les SDA, les conférences, les IVR et les boîtes de messagerie vocale. La valeur recommandée pour ce champ est 4.

  • Préfixe d’alias d’extension :

    Chiffre précédant le numéro composé sur les systèmes qui sont passés de 3 à 4 chiffres, par exemple.
    (Par exemple, si votre ancien système utilisait 3 chiffres et que vous souhaitez passer à 4 chiffres, définissez ‘1’ ici pour attribuer ‘1’ comme préfixe à toutes les extensions du système. De cette manière, l’ancienne extension 300 devient 1300).

  • Longueur d’alias d’extension :
    Longueur de l’ancien système de numérotation.
  • Mode de numérotation PSTN :
    Si cette option est activée, lorsqu’un numéro est composé, il n’est pas nécessaire d’utiliser la SDA, le système appelle automatiquement cette extension.

LDAP

Si cette option est activée, les téléphones provisionnés automatiquement recevront les contacts de l’annuaire d’entreprise au lieu des extensions du système. Actuellement, cette fonction ne s’applique qu’aux téléphones Yealink, Polycom et Cisco. Les téléphones d’autres fabricants ignoreront cette option et utiliseront le répertoire comme auparavant.

  • Activer :

    Active/désactive la fonction d’annuaire d’entreprise LDAP.

  • Mot de passe :
    Mot de passe envoyé aux téléphones avec la configuration de l’auto provisioning et utilisé pour authentifier le téléphone avec PBXware lors de la recherche/récupération de contacts.
  • Inclure les extensions du système :
    Par défaut, lorsque LDAP est activé, les téléphones ne servent que les contacts définis dans l’annuaire d’entreprise. Si cette option est réglée sur Oui, la liste des contacts comprendra également les extensions du système.

STIR/SHAKEN

Cela ne fonctionnera que pour les appels provenant de Trunks.

  • Nom du paramètre d’en-tête PAI

    Définir ce champ à la valeur souhaitée.

  • Passer l’en-tête PAI à l’UAD
    Réglez cette option sur “Oui” pour que les téléphones Polycom effectuent la validation de l’ID de l’appelant STIR/SHAKEN.
  • Activer le filtrage d’appels

    Activer le filtrage d’appels STIR/SHAKEN de PBXware.

  • Abandonner les appels avec statut de vérification
    Sélectionner le statut de vérification pour lequel les appels seront abandonnés

Informations complémentaires :

Exemple : “P-Asserted-Identity : <sip:+1234567890;verstat=TN-Validation-Passed@xx.xxx.x.xxx:xxxx>
P-Attestation-Indicator : B”

Veuillez noter que le contrôle supplémentaire de l’en-tête est ajouté pour STIR/SHAKEN. P-Asserted-Identity” peut avoir l’une des valeurs suivantes : ‘TN-Validation-Passed’, ‘TN-Validation-Failed’ ou “No-TN-Validation” : ‘TN-Validation-Passed’, ‘TN-Validation-Failed’, ou ‘No-TN-Validation’, tandis que le niveau peut être vu dans un nouvel en-tête, par exemple : ‘P-Attestation-Indicator : B’.

Si un utilisateur sélectionne ‘TN-Validation-Failed-B’ et ‘No-TN-Validation’ comme valeurs pour ‘Abandonner les appels avec le statut de vérification’, l’appel sera abandonné car il correspond à ‘TN-Validation-Passed’ plus ‘B’.

Toutefois, si aucun indicateur n’est fourni, une correspondance exacte entre la valeur verstat de l’en-tête PAI et la valeur spécifiée dans le champ “Abandonner les appels avec le statut de vérification” est attendue : “P-Asserted-Identity : <sip:+1234567890;verstat=TN-Validation-Passed-B@xx.xxx.x.xxx:xxxx>”.

STIR/SHAKEN est un framework qui aide à réduire les appels frauduleux et l’usurpation illégale de numéros de téléphone. STIR/SHAKEN est implémenté dans PBXware pour être en conformité avec les règles STIR/SHAKEN de la FCC. PBXware a ajouté son implémentation de STIR/SHAKEN qui permet de signer et de valider les appels avec des certificats STIR/SHAKEN valides que les clients possèdent.

Veuillez noter que nous ne fournissons aucun certificat.

  • Certificat public
    Télécharger le certificat public.
  • Clé privée
    Télécharger la clé privée.

Paramètres généraux

  • Annonce de trunk
    Permet d’annoncer ou non sur quel trunk l’appel est acheminé
    (Par exemple, John compose ‘55510205’ et cet appel passe par le trunk secondaire par défaut du système. John entendra le message suivant : “Utilisation du trunk secondaire pour terminer votre appel”).
  • Délai absolu (sec)

    Définir la durée maximale en secondes d’un appel.

  • Messages vocaux dans les CDRs

    Définir comment les appels sans réponse et ceux qui ont été redirigés vers la messagerie vocale sont affichés dans le CDR.

Les options sont les suivantes :

  • Appels Répondus : Lorsqu’un appel est redirigé vers la messagerie vocale, il apparaîtra comme “Répondu” dans le CDR.
  • Appels non Répondus : Lorsqu’un appel est redirigé vers la messagerie vocale, il apparaîtra comme “Non répondu” dans le CDR.
  • Sur Messagerie vocale : Lorsqu’un appel est redirigé vers la messagerie vocale, il apparaît comme “Voicemail” dans le CDR.
  • Format de la page de fax

    Sélectionner le format de page lors du téléchargement d’un fax au format PDF.

Les options sont les suivantes :

    • PDF et TIFF
    • Seulement PDF
    • Seulement TIFF
  • Mode de routage

    Sélectionnez le type de mode de routage qui sera utilisé pour les Routes

Les options sont les suivantes :

    • itinéraire E.164 : Définit le mode de routage où les routes sont définies en utilisant les règles de numérotation E.164.
    • Itinéraire simple : Définit le mode de routage dans lequel les utilisateurs définissent manuellement les itinéraires en fonction de leurs besoins.
  • Expiration des identifiants de provisioning RPS (6.6.1)

    Définir une période de temps en heures ou en jours après laquelle les identifiants de provisionnement RPS expireront.
    (Par exemple, si l’utilisateur règle l’Expiration des identifiants de provisioning RPS sur “1 heure”, cela signifie qu’après l’envoi de la demande d’enregistrement, l’utilisateur dispose d’une heure pour réinitialiser l’appareil aux paramètres d’usine et reprendre la configuration).

  • Emplacement d’extension par défaut

    Indiquez si l’emplacement par défaut de l’extension est “à distance” ou “local”. Une fois sélectionné, il s’applique à l’ensemble du système lors de la création de nouvelles extensions.

  • Afficher les options avancées par défaut

    Indiquer si les “options avancées” doivent être affichées par défaut.
    (Par exemple, si le paramètre est réglé sur Oui, toutes les pages qui ont des options avancées les afficheront automatiquement, sans qu’il soit nécessaire de cliquer sur le bouton sur chaque page).

  • Domaine par défaut du superviseur en ligne

    Définir le domaine par défaut utilisé pour la connexion au superviseur en ligne (OSC).
    (par exemple, http://pbx.domain.com/)

  • Trouver les numéros E.164 dans les SDAs

    Activer ou désactiver la correspondance E.164 des numéros tels que définis dans les champs E.164 des SDA.

  • Nombre d’objets par page (par défaut : 10) :

    Définit le nombre d’objets affichés par page
    (Par exemple, si un utilisateur définit cette valeur sur “20”, il verra au maximum 20 extensions sur la page Extensions, 20 entrées CDR sur une page, et ainsi de suite).

  • Nombre d’objets affichés dans la répartition des statistiques

    Définissez le nombre d’objets qui seront affichés dans la répartition des statistiques [Statistiques SVI]
    (Par exemple, si les utilisateurs définissent cette valeur sur “50”, ce nombre d’objets sera affiché dans la répartition des statistiques).

  • Afficher l’annuaire dans le superviseur en ligne :
    Indiquer si l’annuaire doit être affiché dans le superviseur en ligne (OSC).
    (Par exemple, les extensions visibles dans l’annuaire sont celles pour lesquelles l’option “Afficher dans l’annuaire” est réglée sur Oui).
  • Trunks d’urgence par extension :
    Si l’option “Afficher l’annuaire dans le superviseur en ligne” est réglée sur Oui, les utilisateurs verront un nouveau groupe appelé “Trunks d’urgence” sur la page Extensions. Ces trunks remplaceront les trunks définis sur la page des Trunks.
  • Réponse SIP pour les SDA inexistants
    Sélectionnez la réponse SIP qui sera envoyée à un fournisseur si le SDA appelé n’existe pas sur le système.

Les options suivantes sont proposées :

  • Par défaut
  • 403 – Appel rejeté
  • 404 – Non trouvé
  • 408 – Délai d’attente de la demande dépassé
  • 410 – Disparu
  • 480 – Temporairement indisponible
  • 484 – Adresse incomplète
  • 486 – Occupé
  • 488 – Non acceptable ici
  • 500 – Erreur de serveur interne
  • 501 – Non implémenté
  • 502 – Mauvaise passerelle
  • 503 – Non implémenté
  • En-tête de l’emplacement d’urgence

    Définir un en-tête de l’emplacement d’urgence.

Pour plus d’informations, veuillez vous référer à ce TUTO.

  • ID de localisation des appareils
    Définir l’ID de localisation d’un appareil fourni par les fournisseurs de trunks en provisionnant le point d’extrémité E911. Le processus de provisionnement des points d’extrémité E911 est différent pour chaque fournisseur.
  • Intervalle de vérification abandonnée de l’ERG (min) (6.6.1)
    Saisissez l’intervalle de vérification en minutes après lequel le courrier sera envoyé à tous les courriels de notification définis contenant des informations sur les appels abandonnés.

Temps de fonctionnement

En cliquant sur ce bouton, vous ouvrez une page où les utilisateurs peuvent configurer les heures de fonctionnement du système.

Consultez TUTO : Temps de fonctionnement

Enregistrements d’appels

  • Enregistrement de tous les appels par defaut :

    Réglez cette option sur “Oui” pour activer l’enregistrement des appels au niveau du système.

  • Enregistrement par défaut mode Silence :
    Activer l’enregistrement silencieux par défaut
  • Enregistrement de force pour les appels d’urgence :
    Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, l’enregistrement sera forcé pour les appels d’urgence.
  • Enregistrement silencieux pour les appels d’urgence :
    Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, les enregistrements des appels d’urgence seront silencieux (pas de son, pas de bip indiquant qu’un appel est en cours d’enregistrement).
  • Désactiver l’enregistrement des appels vidéo
    Si le paramètre est réglé sur “Oui”, des fichiers volumineux et inutiles ne seront pas créés lorsqu’un appel vidéo laisse un message vocal.

 

  • Conversion auto MP3 :

    Convertit les fichiers d’enregistrement en mp3. Cette fonction s’applique aux enregistrements de l’ensemble du système.

    • Convertissez et supprimez l’original
      Convertissez tous les fichiers d’enregistrement en MP3 et supprimez les fichiers originaux.
    • Convertissez et conservez l’original
      Convertissez tous les fichiers en MP3 et conservez les fichiers originaux.
    • Convertissez sur écouter/Télécharger
      Les enregistrements sont laissés dans leur format d’origine et ne sont convertis en mp3 que lorsqu’ils sont demandés pour être écoutés/téléchargés, ce qui permet de conserver à la fois la version originale et la version mp3 de l’enregistrement après écouter/Télécharger.
    • Ne pas convertir
      Laisse les fichiers dans le format d’origine sans conversion. (les enregistrements ne peuvent pas être lus à partir de l’interface graphique).
  • Jouer un Beep périodique (sec) :

    Intervalle du bip sonore lorsque l’enregistrement n’est pas silencieux. Si ce champ est vide ou réglé sur 0, aucun signal sonore ne sera émis.
    (Par exemple, si ce champ est réglé sur 5, un bip sera émis toutes les 5 secondes pendant l’enregistrement d’un appel).

  • Intervalle d’enregistrement des e-mails instantanés (min) :

    Les enregistrements instantanés ne sont pas envoyés par courriel immédiatement après avoir été enregistrés, mais plutôt de façon périodique. Ce champ permet de définir la fréquence à laquelle PBXware enverra les enregistrements.

  • Format des enregistrements :
    Format utilisé pour sauvegarder les enregistrements des appels système et de la messagerie vocale. Vous trouverez plus de détails sur l’utilisation de l’espace disque à la fin de ce chapitre.
    Choisissez l’un des formats suivants : gsm, wav, wav49 ou ogg. Si wav est sélectionné, tous les enregistrements d’appels et de messages vocaux seront sauvegardés au format wav).
  • Utilisation de la RAM :
    Pour accélérer le processus d’enregistrement, vous pouvez activer le disque RAM qui enregistre pratiquement tous les appels dans la mémoire RAM avant de les stocker sur le disque.
  • Taille du disque RAM (1 min ~ 200 KB) :
    Quantité de mémoire utilisée pour l’enregistrement des appels. Cette valeur ne peut être modifiée que si l’option “Utilisation de la RAM” est réglée sur “Oui”.

Administration
Cette section permet l’administration à distance du système.

  • Nom d’utilisateur Daemon :

    Nom d’utilisateur que PBXware utilise pour se connecter à Asterisk Manager.

  • Mot de passe Daemon :

    Mot de passe que PBXware utilise pour se connecter à Asterisk Manager. Le mot de passe est généré aléatoirement lors de l’installation et ne peut être modifié.

  • Port :

    Port de connexion du Daemon PBXware.
    (Valeur par défaut 10001)

  • Port AGI :

    Port de connexion de l’AGI.
    (Par exemple, 4573)

  • Permettre aux noms d’utilisateurs LDAP :

    Ceci indique à PBXware d’accepter les enregistrements de Communicator lorsqu’il utilise un nom d’utilisateur Windows® pour cela.

Localisation

  • Langue audio :
    Définit la langue dans laquelle les fichiers audio sont lus.

 

Parking d’appel amélioré

En cours d’appel, l’utilisateur peut composer le ‘#800’. L’appel sera parqué et “l’extension d’annonce” sonnera pendant un certain nombre de secondes.

  • Temporisation (s) :

    Extension qui recevra un appel de PBXware et sera notifiée sur quel parking l’appel est parqué. Si cette extension ne prend pas l’appel après un certain temps, l’appel sera dirigé vers l’extension Temporisation.

  • Extension d’annonce :
    Extension qui recevra un appel de PBXware et sera notifiée sur quel parking l’appel est parqué. Si cette extension ne prend pas l’appel après un certain temps, l’appel sera dirigé vers l’extension Temporisation.
  • Temporisation Extension :
    Destination où l’appel sera dirigé si l’appel n’est pas répondu après la Temporisation de parking.

Notification de limite pour le canal extensions

Vous pouvez définir ici s’il y aura une notification lorsque les utilisateurs dépassent leurs limites d’appels sortants. Ces options s’appliquent à tous les extensions.

  • Ecouter l’enregistrement :
    Cette option indique au système de jouer un son de notification lorsqu’une extension dépasse sa limite d’appels sortants.
  • Envoyer l’e-mail :
    Envoi ou non d’un courrier de notification en cas de dépassement de la limite.
  • Notification par e-mail :
    Adresse électronique à laquelle un courrier de notification doit être envoyé si le nombre d’appels dépasse la limite.

Tranches

En fonction de la puissance du processeur du serveur, il est possible d’attribuer une limite personnalisée aux différents types de tranche.

  • Canaux locaux :
    Nombre total de canaux utilisés par les UAD locaux.
  • Canaux distants :
    Nombre maximum de canaux entrants ou sortants actifs pour le serveur.
  • Conférences :
    Nombre total de conférences du système.
  • Files d’attente :
    Nombre total de files d’attente ACD du système.
  • Auto Attendants :
    Nombre total de tous les SVIs du système.
  • DAHDI :
    Nombre total de tous les trunks du système utilisant le protocole DAHDI.
  • E-mail vers Fax
    Nombre maximum d’appels de fax simultanés via l’application Email vers Fax.

SDAs notifications d’appels manqués

Les appels manqués sur les SDA seront enregistrés et envoyés sous la forme d’un e-mail récapitulatif. Vous pouvez définir ici l’endroit où cet e-mail sera envoyé, la manière dont les entrées d’appel seront classées et l’intervalle d’envoi de la notification.

  • Notification par e-mail :

    Destinataire de l’e-mail de notification.

  • Trier par :

    Comment les appels sont classés dans l’e-mail

    • Date : Toutes les entrées sont présentées sous la forme d’un tableau unique classé par date d’appel.
    • SDA : Les entrées sont réparties dans plusieurs tableaux (un tableau par SDA) et triées individuellement par date dans chaque tableau.
  • Fréquence de notification (en minutes) :
    Indique la fréquence (en minutes) à laquelle l’e-mail de notification sera envoyé. Si aucun appel n’a été manqué pendant cette période, aucun courrier électronique n’est envoyé. L’e-mail n’est envoyé que s’il y a eu au moins un appel manqué.

Jitter Buffer

  • Jitter Buffer :
    • Hériter
      Hérite des paramètres du Jitter Buffer de la configuration du tenant.
    • Fixe
      Définit un Jitter Buffer fixe sur le canal.
    • Adaptatif
      Définit un Jitter Buffer adaptatif sur le canal.
    • Désactivé
      Supprime un Jitter Buffer précédemment défini sur le canal.
  • Longueur max (ms) :

    Longueur en millisecondes du Buffer. Par défaut, elle est de 200 ms.

  • Seuil de re-synchronisation :

    Durée en millisecondes au-delà de laquelle une différence d’horodatage entraînera une resynchronisation du Jitter Buffer. La valeur par défaut est de 1000 ms.

  • Cible extra :

    Ce paramètre n’affecte que le Jitter Buffer adaptatif. Il représente le temps en millisecondes dont la taille du nouveau Jitter Buffer sera augmentée. La valeur par défaut est de 40.

Codecs par défaut

Les codecs par défaut peuvent être définis pour les groupes suivants :

  • Local
    Extensions locales.
  • À distance
    Extensions et trunks.
  • Réseau
    Réseau PBXware (deux serveurs ou plus).
  • G.711 alaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé en Europe
  • G.711 µlaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé aux États-Unis
  • G.722 – 64 Kbps,
  • Opus – 6-510 Kbps, 2,5 ms – taille de trame 60 ms
  • G.723.1 – 5.3/6.3 Kbps, taille de trame 30ms
  • G.726 – 16/24/32/40 Kbits/s
  • G.729 – 8 Kbits/s, taille de trame de 10 ms
  • GSM – 13 Kbps (plein débit), taille de trame 20 ms
  • iLBC – 15 Kbps, taille de trame 20 ms : 13,3 Kbps, taille de trame 30 ms
  • Speex – 2,15 à 44,2 Kbps
  • LPC10 – 2,5 Kbits/s
  • Vidéo H.261 – Utilisé sur les lignes RNIS avec une résolution de 352×288
  • Vidéo H.263 – Solution d’encodage à faible débit pour la visioconférence
  • Vidéo H.263+ – Extension de H.263 qui fournit des fonctionnalités supplémentaires qui améliorent la compression sur les réseaux à commutation de paquets.
  • Vidéo H.264 – Offre un excellent équilibre entre qualité et taille

Statut serveur

La supervision définit les alarmes et les notifications avec lesquelles le système se supervisera lui-même. La supervision permet également de définir où les notifications seront envoyées en cas de déclenchement d’alarmes.

  • Superviser (mins) :

    Intervalle de temps pendant lequel le système doit vérifier si Asterisk est en panne. Si c’est le cas, le système essaiera de le démarrer et enverra un courriel de notification sur l’action d’arrêt/redémarrage.

  • Type de rafraîchissement :

    Choisissez de rafraîchir le système à un moment précis de la journée ou à intervalles réguliers (toutes les heures).
    (Par exemple, si cette option est réglée sur “Moment de la journée” et que la valeur “Rafraîchir (Heures)” est fixée à “2”, le système sera rechargé tous les jours à 02:00 heures.
    En réglant cette option sur “Intervalle régulier” et “Rafraîchir (Heures)” sur “2”, le système sera rechargé toutes les deux heures).

  • Rafraîchir (Heures) :

    Ce champ n’est actif que lorsque l’option “Type de rafraîchissement” est sélectionnée
    (Par exemple, si l’option “Type de rafraîchissement” = “Moment de la journée” et que cette option est réglée sur “2”, le système sera rechargé tous les jours à 02:00 heures. Si vous réglez “Type de rafraîchissement” sur “Intervalle régulier” et que vous réglez cette option sur “2”, le système sera rechargé toutes les deux heures).

  • Type de redémarrage :

    Choisissez de redémarrer le système à un moment précis de la journée ou à intervalles réguliers (toutes les heures).
    (Par exemple, si cette option est réglée sur “Moment de la journée” et que “Redémarrages (heures)” = “2”, le système redémarre tous les jours à 2 heures. En réglant cette option sur “Intervalle régulier” et “Redémarrage (heures)” = “2”, le système sera redémarré toutes les deux heures).

  • Redémarrage (heures) :

    Ce champ n’est actif que lorsque l’option “Type de redémarrage” est sélectionnée
    (Par exemple, si l’option ‘Type de redémarrage’ = ‘Moment de la journée’ et que cette option est réglée sur ‘2’, le système redémarrera tous les jours à 02:00 heures. Si vous réglez ‘Type de redémarrage’ sur ‘Intervalle régulier’ et que vous réglez cette option sur ‘2’, le système redémarrera toutes les deux heures).

  • E-mail de notification :
    Adresse électronique à laquelle la notification de rafraîchir/redémarrage sera envoyée.

Hot Desking
Vous pouvez ici définir les détails de la sécurité du Hot Desking.

  • Vérification de tentatives de connexion

    L’option de vérification de tentatives de connexion permet d’activer ou de désactiver la vérification de tentatives de connexion au hot desking. Lorsqu’elle est réglée sur oui, les utilisateurs peuvent définir deux options supplémentaires : Extension Bloqué apres X essais et Téléphone Bloqué après X essais.

  • Extension Bloqué après X essais

    Cette option permet à l’utilisateur de définir le nombre maximum de tentatives infructueuses avant que l’extension ne soit verrouillée. La valeur par défaut est 3. Ainsi, si l’opérateur téléphonique effectue trois tentatives de connexion infructueuses d’affilée au cours d’une même journée, l’extension sera verrouillée.

  • Téléphone Bloqué après X essais

    Cette option définit le nombre d’extensions verrouillées après lesquels le téléphone (appareil) doit être verrouillé. La valeur par défaut est 9, ce qui signifie qu’après le verrouillage de neuf extensions sur le même appareil, ce dernier sera verrouillé.

  • Déconnexion automatique

    Lorsque cette option est réglée sur oui, elle autorise la fonction de déconnexion automatique. Lorsqu’elle est activée, les téléphones de hot desking se déconnectent après X heures d’inactivité.
    Cette option peut également être définie par extension, sous extensions Options avancées -> Hot Desking, et dans ce cas, elle remplacera ce paramètre et utilisera la valeur définie dans la section Hot Desking de l’extension.

  • Se déconnecter après X heures d’inactivité
    Dans ce champ, l’utilisateur peut définir le temps d’inactivité nécessaire au redémarrage du téléphone, en heures. La valeur par défaut est de 4 heures.

À chaque connexion, le système vérifie si le nombre d’extensions bloquées par appareil est égal ou supérieur à ce qui est défini sur la page réglages/serveurs. Ainsi, vous pouvez débloquer le téléphone en augmentant simplement les valeurs sur cette page. Par exemple, si l’option “Téléphone Bloqué après X essais” est réglée sur 3 et qu’il y a 3 extensions bloquées ce jour-là, le téléphone (appareil) sera bloqué et personne ne pourra se connecter à partir de cet appareil jusqu’à ce qu’un administrateur déverrouille les extensions.

Désormais, si quelqu’un règle l’option “Téléphone Bloqué après X essais” sur 4, le téléphone sera disponible jusqu’à ce qu’une extension supplémentaire soit verrouillée.

Fonctionnalités

  • Cacher l’ID de l’appelant dans l’OSC
    Cette option permet de cacher ou non l’ID de l’appelant des services améliorés dans le superviseur en ligne (OSC). Réglez cette option sur “Oui” pour empêcher les utilisateurs de modifier l’ID de l’appelant.
  • Forcer “Autoriser l’ID d’appelant des services évolués” pour le renvoi d’appel
    Force l’affichage de l’ID de l’appelant de l’utilisateur qui a transféré l’appel.
    (Par exemple, John appelle Michael et Michael transfère l’appel à Steven. Steven verra que Michael l’appelle au lieu de voir John).
  • Groupe d’appel/prise d’appel par défaut
    Définir le groupe d’appel/récupération qui sera défini par défaut pour les extensions.
  • Sonnerie pour les appels locaux
    Définir une sonnerie personnalisée par défaut pour les appels locaux.
  • Identification de l’appelant d’urgence
    L’identifiant de l’appelant saisi ici sera utilisé uniquement pour les appels aux numéros des services d’urgence.
  • Définir le numéro de l’appelant pour les appels de renvoi d’appel et de recherche de groupe
    Si les numéros définis dans la fonction ” Renvoi d’appel et Sonne en même temps ” ont un ou plusieurs numéros distants, ces numéros recevront une ID de l’appelant différente lors de l’appel. Cette ID de l’appelant est celle de l’appelant d’origine défini dans les Services évolués “ID de l’appelant” pour le Trunk par lequel l’appel a transité.
  • Autoriser l’ID de l’appelant uniquement si le SDA existe
    Si les appels provenant d’un autre serveur passent par l’extension multi-utilisateur de ce système et que les ID d’appelant de l’autre serveur correspondent aux SDAs de ce serveur, ils sont correctement affichés aux destinataires des appels. Dans le cas contraire, l’identifiant de l’appelant est affiché comme “Anonyme”.
  • Abandon des appels anonymes
    Activer cette option pour abandonner les appels dont l’ID de l’appelant est anonyme.
  • MAJ de la sauvegarde des Services évolués/ID appelant/Trunks sur SDA

    Lorsque cette option est activée et qu’un utilisateur enregistre une SDA, un numéro est défini comme ID de l’appelant sur l’extension vers laquelle il pointe. Le numéro SDA sera également défini pour le Trunk où il est assigné, sur l’ID de l’appelant des services évolués de l’extension.

  • Ne pas permettre aux utilisateurs l’envoi de n’importe quel ID d’appelant

    Ne pas autoriser les utilisateurs à envoyer l’ID de l’appelant lors d’un appel. Si cette option est réglée sur “Oui”, les utilisateurs ne pourront pas envoyer d’ID d’appelant lors d’un appel.

  • Masquer les Extensions avec aucun département (Communicator)
    Si une extension n’a pas de département attribué (par exemple, le département est défini sur “Aucun”), cette extension ne sera pas affichée dans communicator.
  • Désactiver la correspondance du SDA local
    Si cette option est réglée sur “Oui”, le système désactivera la recherche locale de la SDA et passera à son tour par un trunk pour rechercher une correspondance sur un autre système.
  • Utilise les fonctions dynamiques
    Asterisk permet aux utilisateurs de définir des fonctions personnalisées pour les applications Asterisk.
    En utilisant des fonctions dynamiques, un utilisateur peut envoyer un DTMF pour activer un plan de numérotation spécifique. Par exemple, lorsqu’il est réglé sur “Non”, un utilisateur ne pourra pas mettre les enregistrements en pause, mais il pourra utiliser les médias directs.
  • Désactiver l’évaluation des appels pour le renvoi d’appel
    Sélectionnez si l’évaluation des appels sera désactivée ou activée pour la partie de l’appel après qu’il a été transféré.
  • Enregistrer les appels SVI
    Sélectionnez si l’enregistrement des appels SVI doit être activé. Par défaut, les appels SVI ne sont pas enregistrés, mais si un utilisateur souhaite utiliser les statistiques SVI, il doit activer l’enregistrement des appels SVI.
  • Autoriser l’authentification par adresse IP pour les extensions
    Autoriser l’authentification de l’adresse IP pour les extensions et forcer l’authentification basée sur l’adresse IP.
    Lorsque ce champ est activé, les champs suivants sont activés pour chaque extension :
    1. adresses IP entrantes
    2. non sécurisé
  • Ignorer l’invite du code PIN de la messagerie vocale
    Par défaut, lorsqu’on entre dans la boîte vocale d’une extension (en composant *123), l’utilisateur est invité à saisir son code PIN. Si cette option est réglée sur “Oui”, le système ne demandera pas le code PIN et l’utilisateur accédera immédiatement à la messagerie vocale.
  • Activer la gestion de la synchro des répertoires
    Sélectionnez “Oui” pour activer la gestion de la synchronisation des répertoires. Si vous sélectionnez “Non” ou “Non défini”, la gestion de la synchronisation de l’annuaire ne sera visible nulle part dans le système, y compris dans les modèles d’e-mail, les rapports et les paramètres.
  • Cacher l’adresse IP dans CLIR
    Indiquer si l’adresse IP sera cachée dans CLIR ou non.

Ne pas appeler les extensions en NPD
Indiquer si l’adresse IP doit être affichée pour les Trunks.

Autres réseaux

Le système peut faire partie du réseau PBXware “par défaut” où toutes les extensions partagent le même plan de numérotation unifié. Pour ce faire, il suffit de sélectionner le réseau PBXware auquel le système appartient dans la boîte de sélection.

En cliquant sur “Autres réseaux”, les options suivantes s’ouvrent :

  • Mode :

    Définit la façon dont les autres réseaux PBXware sont composés.

    • Avec code d’accès – Code d’accès + numéro de réseau + extension
    • Sans code d’accès (composition d’un chiffre) – numéro de réseau uniquement + extension
  • Nom :

    Nom de l’autre réseau.

  • Préfixe :

    Affiche le préfixe de l’autre réseau.

  • Bande de Préfixe :

    Indique la valeur choisie pour l’option Bande de Préfixe lors de l’ajout/modification de l’autre réseau.

  • Correspond au type :

    Indique le type de correspondance défini pour l’option Correspond au type.

  • Correspondance :

    Indique la valeur qui sera utilisée pour la correspondance.

  • Préfixe caché :

    Affiche la valeur du préfixe caché.

  • Compte SIP :

    Trunk utilisé une fois que l’autre numéro de réseau a été composé.

  • Cliquez ici pour modifier la configuration des autres réseaux.
  • Cliquez ici pour supprimer l’autre connexion réseau.+

Pour que les utilisateurs puissent utiliser des préfixes de 2 ou 3 chiffres, vous devez activer le “Mode : * avec code d’accès”, un préfixe de 2 ou 3 chiffres. Après avoir configuré cette option, vous devez composer *188 XXX YYYYYY, où XXX est le préfixe à 3 chiffres et YYYYYY est le numéro de téléphone que vous souhaitez composer.

Si vous avez activé le “Mode : * sans code d’accès” (numérotation à 1 chiffre), les utilisateurs pourront composer les numéros définis avec vos préfixes à 1 chiffre sans utiliser le code d’accès *188, en tapant simplement X YYYYYY, où X est votre préfixe à 1 chiffre et YYYYYYY est le numéro que vous souhaitez composer.

Ajouter/modifier un réseau

  • Nom :

    Personnaliser le nom de l’Autre réseau.

  • Préfixe :

    Numéro utilisé pour accéder à d’autres réseaux (3 chiffres maximum).
    (Par exemple, si ce champ est défini sur ‘7’, composez ‘*188 7 {NOM DE RÉSEAU}’).

  • Bande de Préfixe :

    Le préfixe doit-il être supprimé lors de la composition du numéro de l’autre réseau ?
    (Par exemple, si le champ “Préfixe” est défini sur “7” et que ce champ est activé, lorsque l’utilisateur compose *188 7 55510205, le système compose 55510205. Si ce champ est désactivé, le 755510205 sera composé).

  • Correspond au type :

    Plage de numéros autorisés à être composés après le code d’accès *188 de l’Autre réseau
    Différents types de correspondance peuvent être choisis.

    • Intervalle : Sélectionnez l’intervalle de numéros autorisés à être composés dans ce réseau.
    • Commence par :

      Tous les numéros qui commencent par le(s) chiffre(s) saisi(s) seront autorisés à passer par le réseau.

    • Regex :
      Le type d’une entrée dans le champ Type de correspondance doit être une expression régulière. Supposons que nous voulions saisir “7” comme numéro de préfixe. Dans ce cas, l’entrée correcte avec le préfixe 7 est : [0-9]{3}. La première partie de l’expression [0-9] représente un chiffre de 0 à 9. Et {3} représente la quantité (3 chiffres de 0 à 9). La solution correcte est également : [0-9][0-9][0-9]. Il est important de mentionner que le préfixe doit être exclu de l’expression régulière, puisqu’il est déjà inclus en entrant un chiffre dans le champ Préfixe.
  • Correspondance :

    La valeur pour laquelle la règle de type de correspondance sera appliquée. Il peut s’agir de l’une des valeurs suivantes :

    • Une plage de nombres pour le Correspond au type.
      (Par exemple, 200000-200999)
    • Chiffres de départ des numéros pour le Correspond au type Commence par.
    • Une expression régulière pour le type de correspondance Regex.
  • Préfixe caché :
    Préfixe ajouté avant le numéro composé
    (Par exemple, si ce champ est défini sur 212 et que nous avons composé *188 7 55510205, le numéro 21255510205 sera composé. Ceci est utile si le fournisseur exige un certain code avant de composer la destination, si l’indicatif régional est inséré automatiquement, etc.).
  • Compte SIP :
    Sélectionnez le trunk qui sera utilisé pour les appels passant par ce réseau.
Notifications d’appels d’urgence

Lorsqu’un numéro d’urgence, tel que le 112, est composé, un appel automatisé est émis vers un numéro spécifié, une extension ou un groupe d’extension, en diffusant une annonce indiquant que le 112 a été composé à partir de cette extension.

  • Activer :
    Choisissez d’activer ou de désactiver les notifications pour les appels d’urgence.
  • Notifier d’abord seulement :
    Indiquez si vous souhaitez que seule la première destination soit avertie en cas d’appel d’urgence. (Si ce paramètre est réglé sur “Non”, chaque destination configurée recevra la lecture individuellement, si elle répond).
  • Notifier les destinations :
    Indiquez les destinations que vous souhaitez voir notifiées en cas d’appel d’urgence.
  • Aviser l’ID de l’appelant :
    Ajoutez un numéro d’appel personnalisé qui sera utilisé pour les appels d’urgence (il s’affichera sur la destination configurée).

Exemple : L’extension 101 compose le 112. L’appel automatisé est envoyé aux extensions 102, 103 et 104. La personne qui répondra entendra “Le 1-1-2 a été composé à partir de l’extension 1-0-1”.

Partage de fichiers

Options pour le service de partage de fichiers utilisé par les applications de bureau et mobiles.

  • Taille maximale des transferts de fichiers (MB) :
    Taille maximale autorisée pour l’envoi de fichiers à l’aide d’applications de bureau et mobiles.

Configuration supplémentaire du proxy

Les utilisateurs peuvent ici ajouter des paramètres de configuration de proxy personnalisés/cachés.

Packs

Les packs sont des « préréglages » utilisés pour déterminer le nombre d’esclaves parmi les suivants : postes, messages vocaux, files d’attente, SVI, conférences et groupes d’appels.

  • Nom du pack

Nom du paquet.

  • Nombre d’utilisations

Nombre de locataires utilisant ce forfait.

  • 03-bouton-edit.png

Cliquez ici pour modifier la configuration du package

  • 04-bouton-supprimer.png

Cliquez ici pour supprimer le package du système.

 

Ajouter/Modifier un package

55-package-settings.png

Général

  • Nom

Nom du package locataire.

  • Extensions

Nombre d’extensions pouvant être créées sur un locataire à l’aide de ce package.

  • Messages vocaux :

Nombre de messages vocaux pouvant être créés sur un locataire à l’aide de ce package.

  • Files d’attente

Nombre de files d’attente pouvant être créées sur un locataire à l’aide de ce package.

  • IVR

Nombre d’IVR pouvant être créés sur un locataire à l’aide de ce package.

  • Conférences

Nombre de conférences pouvant être créées sur un locataire à l’aide de ce package.

  • Groupes de sonneries 

Nombre de groupes d’appels pouvant être créés sur un locataire à l’aide de ce package.

  • Bureau partagé 

Nombre d’appareils de partage de bureau pouvant être créés sur un locataire à l’aide de ce package.

Fonctionnalités

  • Enregistrements d’appels

Choisissez d’activer ou de désactiver les enregistrements d’appels sur le tenant utilisant ce package. Si vous le désactivez, vous ne pourrez pas enregistrer l’appel au niveau du poste et du DID. Des options telles que l’enregistrement instantané, supprimer l’enregistrement et écouter les enregistrements dans les services améliorés seront désactivées pour toutes les extensions, au cas où vous auriez défini les enregistrements d’appels sur Non.

  • Supervision d’appel

L’activation ou la désactivation de cette option autorisera ou interdira l’utilisation de l’option de surveillance des appels dans les services améliorés pour toutes les extensions.

  • Filtrage d’appels

Si vous activez cette option, l’option Filtrage des appels sous Services améliorés sera répertoriée. L’utilisateur aura la possibilité d’activer ou de désactiver cette option. La définition de l’option Filtrage des appels sur Non n’affichera pas cette option dans les services améliorés.

Groupes

Cet écran affiche tous les groupes de tenants sur le système avec les détails suivants :

  • Nom de groupe

Nom de groupe

  • Nombre d’utilisations

Nombre de tenants dans le groupe

  • 03-bouton-edit.png

Cliquez ici pour modifier la configuration du groupe de locataires

  • 04-bouton-supprimer.png

Cliquez ici pour supprimer la connexion du groupe tenants.

 

Ajouter/Modifier un groupe de tenants

Vous pouvez créer un ou plusieurs groupes d’appels entre tenants avec la liste des tenants autorisés à s’appeler.

  • Nom de groupe:

Entrez le nom du groupe

  • Tenants :

Sélectionnez deux locataires ou plus pour activer les appels entre locataires

(Par exemple, tenant 200, tenant 201)

Protocoles

Le protocole est un ensemble de règles qui permet à l’UAD, aux systèmes, aux réseaux, etc. de communiquer en utilisant une norme définie.
Les protocoles pris en charge sont les suivants :

  • SIP
  • IAX
  • RTP

 

SIP

SIP (Session Initiation Protocol) est un protocole de signalisation pour les conférences Internet, la téléphonie, la présence, la notification d’événements et la messagerie instantanée. Le protocole initie des messages d’établissement d’appel, de routage, d’authentification et d’autres fonctions vers des points d’extrémité au sein d’un domaine IP.

Général

  • Port :

    Port du serveur SIP auquel se lier
    (valeur par défaut 5060,)

  • Adresse IP liée :
    Adresse IP à laquelle le serveur SIP doit se lier (0.0.0.0 se lie à toutes les interfaces)
    (valeur par défaut 0.0.0.0,)
  • Contexte par défaut :
    Contexte par défaut pour les appels entrants
    (Par exemple, pour des raisons de sécurité, il est recommandé de laisser ce champ à “invalid-context”).
  • Musique d’attente par défaut :
    Définir la classe Musique d’attente par défaut pour tous les appels SIP
    (Par exemple, définir “default” pour jouer la classe Musique d’attente “default” pour tous les appels SIP lorsqu’ils sont mis en attente).
  • Parking d’appels par défaut :
    Définit le parking par défaut pour le stationnement des appels.
    Ce paramètre peut également être défini pour des utilisateurs/pairs individuels. Les parkings sont configurés dans features.conf
  • Autoriser les transferts SIP :
    Désactiver tous les transferts (sauf s’ils sont activés dans les pairs ou les utilisateurs). La valeur par défaut est activée.
  • Opérations asynchrones :
  • Autoriser l’actualisation du transport :
  • Proxy sortant :
    Cette option permet à PBXware d’envoyer la signalisation sortante à ce proxy, au lieu de l’envoyer directement au pair.

Paramètres TCP

  • Activer TCP :
    Activer le serveur pour les connexions TCP entrantes. (Valeur par défaut : Non)
  • Port TCP externe :
    Cette option permet de définir le numéro de port externe pour les connexions TCP entrantes.
    Le port par défaut utilisé pour les connexions TCP est 5060. ([0-9])
  • Intervalle Keep-alive TCP
    Cette fonction envoie des paquets \r\n\r\n aux points d’extrémité TCP/TLS afin d’empêcher le NAT de fermer le port en raison de l’inactivité.
    Entrer le temps en secondes après lequel les paquets \r\n\r\n seront envoyés. La valeur par défaut est de 20 secondes. ([0-9])

Paramètres TLS

  • Activer TLS :
    Activer le serveur pour les connexions TLS (sécurisées) entrantes
    (par exemple : Oui, Non, Non défini)
  • Port TLS :
    Ce port remplace tous les paramètres TCP/UDP dans les paramètres du protocole SIP et s’applique à tous les utilisateurs (externes et internes).
  • Port TLS externe :
    Cette option permet de définir un numéro de port externe pour les connexions TLS entrantes.
  • Délai d’attente pour la prise de contact TLS :
    Contrôle le délai d’attente pour la prise de contact TLS.
  • TLS TCP Keep-Alive :
    Activez l’option de socket TLS TCP Keep-Alive afin que le kernel supprime les connexions TCP bloquées et établies.
  • TLS TCP Timeout Utilisateur :
    Activez l’option de socket TLS TCP_USER_TIMEOUT pour supprimer plus rapidement les connexions TCP bloquées et établies.
  • Utiliser TLS pour gloCOM :
    Réglez ‘Oui’ pour forcer gloCOM Mobile/Desktop à utiliser SIP TLS.

NAT

  • Adresse IP externe (: port UDP) :

    Adresse IP externe/publique/Internet utilisée par le système.
    Si votre système est derrière un NAT, réglez cette option sur l’adresse IP publique/Internet utilisée par le système lors de l’enregistrement avec d’autres serveurs mandataires sur l’Internet. Si ce champ n’est pas renseigné, les utilisateurs bénéficieront d’un enregistrement audio unidirectionnel à partir du réseau étendu.

  • Nom d’hôte externe (:Port UDP) :
    Adresse DynDNS utilisée par le système
    Si votre système est derrière un NAT, vous pouvez utiliser le service UDP en plus de l’adresse IP externe.
  • Réseaux locaux (séparé par le saut d’une ligne) :
    Si le système est utilisé dans un réseau local, définissez ici l’adresse du réseau local
    (Par exemple 192.168.0.0/255.255.0.0)
  • NAT :
    Paramètre NAT SIP global qui affecte tous les utilisateurs/pairs.
    Options :
    • yes – force le comportement de la RFC 3581 et active le support RTP symétrique.
    • no – n’active le comportement RFC 3581 que si la partie distante le demande et désactive le support RTP symétrique.
    • force_rport – force le comportement RFC 3581 et désactive le support RTP symétrique.
    • comedia – active le comportement RFC 3581 si le côté distant le demande et active le support RTP symétrique

Sécurité

  • Paquets OPTIONS demandés :
    L’activation de cette option permet d’authentifier les demandes OPTIONS de la même manière que les demandes INVITE. Par défaut, cette option est désactivée.
    Options : Oui, Non, N/A

Minuterie RTP

  • Délai RTP (sec) :
    Délai d’attente RTP maximum
    (Par exemple, tous les appels (s’ils ne sont pas en attente) seront interrompus s’il n’y a pas d’activité RTP pendant le nombre de secondes défini ici (60 par exemple)).
  • Délai d’attente RTP (sec :
    Délai maximum d’attente du RTP.
  • RTP keep-alive (sec) :
    Envoyer des keep-alives dans le flux RTP pour maintenir la NAT ouverte (par défaut, désactivé – zéro).

SIP Timers

  • Minuterie T1 par défaut (MS) :
    Temporisation T1 par défaut.
    La valeur par défaut est de 500 ms ou le temps d’aller-retour mesuré vers un pair (qualify=yes).
  • Minuterie d’installation des appels (MS) :
    Minuterie d’installation des appels.
    Si une réponse provisoire n’est pas reçue dans ce laps de temps, l’appel s’interrompt automatiquement. La valeur par défaut est de 32000 ms.

Durée de session SIP

  • Mode de minuteurs de session :
    La fonction de minuterie de session fonctionne selon les trois modes suivants :
    • originate : demande et exécute toujours des minuteurs de session.
    • accept : Exécuter les minuteurs de session uniquement à la demande d’une autre UA.
    • refuse : ne pas exécuter de minuteurs de session dans tous les cas.
  • Minuterie d’installation des appels (MS) :
    Intervalle minimum de rafraîchissement de la session en secondes.
    La valeur par défaut est de 90 secondes.
  • Intervalle d’actualisation de session Max (s) :
    Intervalle maximal de rafraîchissement de la session en secondes.
    La valeur par défaut est 1800 secondes.

DTMF

  • DTMF Mode :

    Les choix sont inband, rfc2833, info ou auto :

    • inband : L’appareil sur lequel vous appuyez sur la touche génère les tonalités DTMF. Si le codec n’est pas ulaw ou alaw, les tonalités DTMF seront déformées par la compression audio et ne seront pas reconnues. Si le téléphone est réglé sur RFC2833 et que l’asterisk est réglé sur inband, il se peut que vous n’entendiez rien.
    • rfc2833 : http://www.ietf.org/rfc/rfc2833.txt
    • info : Voir méthode SIP info et SIP info DTMF ou http://www.ietf.org/rfc/rfc2976.txt
    • auto : Asterisk utilisera rfc2833 pour le relais DTMF par défaut mais passera à des tonalités DTMF en bande si le côté distant n’indique pas le support de rfc2833 dans SDP. Cette fonctionnalité a été ajoutée le 6 septembre 2005 et n’est pas disponible dans Asterisk 1.0.x.
  • Relax DTMF :
    Relaxer la manipulation DTMF
    (Par exemple, réglez ce champ sur “Oui” si vous avez des problèmes avec les modes DTMF)

Qualité de service (QOS)

  • TOS SIP :
  • TOS Audio :
  • TOS Video :
    Options disponibles : CS0, CS1, CS2, CS3, CS4, CS5, CS6, CS7, AF11, AF12, AF13, AF21, AF22, AF23, AF31, AF32, AF33, AF41, AF42, AF43, EF
  • 802.1p CoS SIP :
  • 802.1p CoS Audio :
  • 802.1p CoS Video :
    Options disponibles : 0-7
 

Remote-Party-Id

L’en-tête From fournit des données d’ID de base de l’appelant, mais il est trop facile à modifier, à bloquer ou à usurper pour être utile au réseau. L’en-tête Remote Party ID est ajouté par l’un des serveurs du réseau et devrait donc fournir une identification beaucoup plus fiable et digne de confiance que l’en-tête From, qui peut être défini par les utilisateurs au niveau du dispositif client. Une autre approche est décrite dans la RFC 3325. Elle explique les exigences relatives à la fourniture d’une ID authentifiée de l’appelant au sein d’un réseau de confiance, en utilisant l’en-tête P-Asserted-Identity (PAI) pour transmettre l’identité authentifiée d’un appelant, ainsi qu’un en-tête Privacy distinct pour indiquer si ces données doivent être cachées.

  • Autoriser Remote-Party-ID :

    Définit si PBXware autorise l’en-tête Remote-Party-ID.

  • Envoi de Remote-Party-ID :

    Faut-il ajouter “Remote-Party-ID” à l’uri.
    Options :

    • Use Remote-Party-ID – Utilise l’en-tête “Remote-Party-ID” pour envoyer l’identité de la partie distante.
    • Use P-Asserted-Identity – Utiliser l’en-tête “P-Asserted-Identity” pour envoyer l’identité de la partie distante.

Autre

 

  • Envoyer l’en-tête de diversion :

    La nouvelle version de PBXware inclut un nouvel en-tête SIP qui affichera les détails de l’ID de l’appelant standard ainsi que des informations sur le numéro à partir duquel l’appel est transféré.
    Les informations “From” et “Via” sont activées par défaut mais peuvent être désactivées en réglant cette option sur Non.

  • Nombre maximum de bonds :
    L’en-tête Max-Forwards limite le nombre de bonds qu’une requête peut effectuer sur le chemin de sa destination. Il s’agit d’un nombre entier qui est décrémenté d’une unité à chaque bond. Si la valeur Max-Forwards atteint 0 avant que la demande n’atteigne sa destination, elle est rejetée avec une réponse d’erreur 483 (“Trop de bonds”).
    La valeur par défaut est 70
  • DTMF dans la conversation :

    Inband signifie que le DTMF est transmis dans le son de la conversation téléphonique, c’est-à-dire qu’il est audible par les interlocuteurs. Définissez si le système génère une sonnerie inband.
    (Par exemple, il est recommandé de régler cette option sur “Jamais”).

  • Compacter les en-têtes :

    Vous pouvez définir les en-têtes compacts sur oui ou non. Si cette option est réglée sur oui, les en-têtes SIP utiliseront un format compact, ce qui peut s’avérer nécessaire si la taille de l’en-tête SIP est supérieure à l’unité de transmission maximale (MTU) de vos en-têtes IP, ce qui entraîne la fragmentation du paquet IP. N’utilisez pas cette option si vous ne savez pas ce que vous faites.
    (Par exemple, il est recommandé de définir cette option sur “Non”, sauf indication contraire).

Authentification

  • Agent utilisateur :
    Définir la chaîne de l’agent utilisateur
    (par exemple, “Chaîne personnalisée”)
  • Domaine :
    Domaine pour l’authentification par digest
    (par exemple, “Chaîne personnalisée”)

Enregistrement

  • Expiration par défaut (s) :
    Durée par défaut (en secondes) pour les enregistrements entrants/sortants.
    Valeur par défaut : 3600 secondes.
  • Expiration minimale (s) :
    Durée minimale (en secondes) pour les enregistrements entrants
    Valeur par défaut : 60 secondes.
  • Expiration maximale (s) :
    Durée maximale (en secondes) pour les enregistrements entrants.
    Valeur par défaut : 7200 secondes.
  • Maximum de périphériques connectés :
    Nombre maximum de contacts par extension. Ce nombre est défini par défaut au niveau global.
    Il peut être modifié en changeant le nombre maximum de contacts par extension.

MWI

  • En-tête MWI From :
    Lors de l’envoi de demandes MWI NOTIFY, utilisez ce paramètre dans l’en-tête From : comme partie “name”. Remplissez également la partie “user” de l’URI dans l’en-tête From : avec cette valeur si aucun “fromuser” n’est défini. Valeur par défaut : vide
  • Expiration MWI sortante :
    Délai d’expiration des abonnements MWI sortantes (secondes).
    Valeur par défaut : 3600.
  • MWI Taille de file d’attente du processeur de tâches :
    Cette option nous donne des informations sur le nombre de files d’attente du processeur de tâches pour un certain nombre de messages qu’il doit traiter.

Abonnements

  • Autoriser les abonnements :
    Désactiver la prise en charge des abonnements. La valeur par défaut est Oui.

Codecs

  • Trame automatique (Paquétisation RTP) :
    Si le cadrage automatique est activé, le système choisira le niveau de paquetage en fonction des préférences des utilisateurs distants.

Protocole Session Description

  • Prise en charge T38 :
    La valeur de ce champ permet d’activer la prise en charge des fax T.38 sur les appels SIP avec différentes options. La valeur par défaut est désactivée.
  • Nom de la session :
    Ce champ vous permet de modifier la chaîne du nom de la session SDP. Comme le paramètre useragent, la chaîne de l’agent utilisateur par défaut contient également la version d’Asterisk.
  • Sélection du propriétaire de la session :
    Ce champ vous permet de modifier le champ du nom d’utilisateur dans la chaîne de caractères du propriétaire SDP.

Threadpool

Le threadpool d’Asterisk peut être modifié pour obtenir de meilleures performances.

Dans les journaux d’asterisk, vous pouvez trouver des messages comme :

The ‘<name>’ task processor queue reached <number> scheduled tasks.

Dans ce cas, vous souffrez probablement d’une surcharge du pool de threads, et les paramètres ci-dessous vous donnent la possibilité d’améliorer les performances.

Dans le pire des cas, les dialogues PJSIP commencent à s’interrompre.

  • Taille initiale du Threadpool :

    Taille initiale du Threadpool. La valeur par défaut est 10.

  • Auto incrémentation du Threadpool :

    Lorsque des threads supplémentaires sont nécessaires, combien doivent être créés. La valeur par défaut est 5.

  • Délai d’inactivité du Threadpool :

    Nombre de secondes pendant lesquelles un thread doit être inactif avant de disparaître. 0 signifie que les threads ne s’arrêtent jamais. La valeur par défaut est 120.

  • Taille maximum du Threadpool
    Nombre maximal de threads dans le pool de threads de Stasis. La valeur par défaut est 100.

Configuration supplémentaire

Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration SIP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.

IAX

IAX (Inter asterisk exchange) est un protocole VoIP simple, à faible coût et à faible bande passante, conçu pour permettre à plusieurs PBX de communiquer entre eux sans avoir recours à des protocoles plus complexes.

Général

  • Port :

    Port de liaison IAX.

  • Adresse de liaison :

    Ceci vous permet de lier IAX à une adresse IP locale spécifique au lieu de le lier à toutes les adresses. Ceci pourrait être utilisé pour améliorer la sécurité si, par exemple, vous vouliez que l’IAX ne soit disponible que pour les utilisateurs de votre réseau local.

  • Compatible IAX :

    Faut-il utiliser des commutateurs en couches ou un autre scénario ?
    (Par exemple, mettre à oui si vous prévoyez d’utiliser des commutateurs en couches ou un autre scénario qui peut causer un retard lors de la recherche dans le plan de numérotation).

  • Langue :

    Paramètres de langue par défaut pour tous les utilisateurs/pairs.
    (Par exemple, régler cette option sur “fr” (français), par exemple).

  • Bande passante :

    Définir la largeur de bande pour contrôler les codecs utilisés en général
    (par exemple, choisir entre faible, moyenne ou élevée).

  • Nombre maximal de IAX helper threads :

    Détermine le nombre de threads dynamiques supplémentaires qui peuvent être créés pour gérer les entrées/sorties.

  • Permettre de télécharger le firmware IAXy :

    Contrôle si cet hôte servira le micrologiciel aux clients IAX qui le demandent.

Jitterbuffer

  • Jitter Buffer :

    Désactive le jitter buffer pour ce pair.

  • Forcer le jitter buffer :

    Doit-on forcer le jitter buffer (valeur par défaut 10)
    (Par exemple, le jitter buffer est généralement géré par les UADs/Phones. Mais au cas où ces derniers le feraient mal, le jitter buffer peut être forcé du côté de PBXware).

  • Interpolations max. du jitterbuffer :

    Nombre maximal de trames d’interpolation que le jitter buffer doit renvoyer dans une rangée.

  • Jitter Buffer Max :

    Taille maximale du jitter buffer. En fixant un maximum raisonnable, vous éviterez que le délai d’appel n’atteigne des valeurs ridicules dans des situations extrêmes ; vous entendrez QUELQUE CHOSE, même si c’est de la gigue.

  • Seuil de resynchronisation :
    Resynchroniser le seuil de détection d’un changement dans le délai mesuré.

Évaluation d’appel

  • Flags AMA :

    AMA = Automated Message Accounting.+
    Ces indicateurs sont utilisés dans la génération des enregistrements détaillés des appels (par exemple, “default”).

    • default : Définit la valeur par défaut du système.
    • omit : N’enregistre pas les appels.
    • billing : Marque l’entrée pour la tarification des appels
    • documentation : Marquer l’entrée pour la documentation
  • Code de compte :

    Compte par défaut pour les CDR (Call Detail Records)

Autorisation

  • Débogage de l’auth :
    L’authentification doit-elle être déboguée ?
    (Par exemple, si cette option est réglée sur “Oui”, le trafic de débogage sera plus important).
  • Maximum de demande d’auth :
    Nombre maximum de demandes d’authentification en attente de réponses. Toute nouvelle tentative d’authentification sera bloquée.
  • Délai de rejet :
    Réglez cette option sur “Oui” pour renforcer la sécurité contre les attaques de mot de passe par force brute.

Enregistrement

  • Contexte d’enregistrement :

    Si le PBXware spécifié crée et détruit dynamiquement une extension NoOp de priorité 1 pour un pair donné qui s’enregistre ou se désenregistre auprès de nous.

  • Expiration de l’enregistrement min :

    Durée minimale que les pairs IAX peuvent demander comme intervalle d’expiration d’enregistrement (en secondes).

  • Expiration de l’enregistrement max :
    Durée maximale que les pairs IAX peuvent demander comme intervalle d’expiration d’enregistrement (en secondes).

Compte SIP

  • Fréquence du trunk :
    Fréquence d’envoi des msgs de trunk (en ms).
  • Horodateurs du Trunk :
    Faut-il envoyer des horodatages pour les sous-trames individuelles dans les trames du trunk ?

Autre

  • Désactiver les Checksums UDP :
    Les Checksums doivent-elles être calculés ?
  • Auto-Kill :
    Si aucune réponse n’est reçue dans les 2000ms, et que cette option est réglée sur oui, l’opération est annulée.

Codecs

  • Priorité de codec :
    Cette option contrôle la négociation du codec d’un appel IAX entrant.
    Exemple :
    • Appelant – Considérer l’ordre préféré de l’appelant avant celui de l’hôte.
    • Hôte – Considère l’ordre préféré de l’hôte avant celui de l’appelant.
    • Désactivé – Désactive complètement la prise en compte des préférences de codec (c’est le comportement original avant que les préférences ne soient ajoutées)
    • Demande seulement – Identique à désactivé, mais ne prend pas en compte les capacités si le format demandé n’est pas disponible, l’appel ne sera accepté que si le format demandé est disponible.

Configuration supplémentaire

Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration IAX.

Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.

 

RTP

Général

  • Port de début de RTP :

    Port de début utilisé pour le RTP.

  • Port de fin de RTP :

    Port de fin utilisé pour le RTP.

  • Checksums RTP :

    Activer ou désactiver les Checksums UDP sur le trafic RTP.

  • Protection RTP stricte :

    Cette fonction permet de rejeter les paquets RTP qui ne proviennent pas de la source reconnue du flux RTP. Strict RTP qualifie les sources de flux de paquets RTP avant de les accepter lors de la connexion initiale et lorsque la connexion est renégociée (par exemple, transferts et médias directs).
    La connexion initiale et la renégociation lancent un mode d’apprentissage pour qualifier les adresses des sources de flux. Une fois qu’Asterisk a reconnu un flux, il permet à d’autres flux de se qualifier et de remplacer le flux actuel pendant 5 secondes après le lancement du mode d’apprentissage. Une fois le mode d’apprentissage terminé, le flux actuel est verrouillé et ne peut plus être modifié jusqu’à la prochaine renégociation.
    Cette option est activée par défaut.

Opus

  • Débit adaptatif Opus :
    Il est utilisé pour les appareils mobiles afin d’améliorer les performances audio en cas de mauvais réseau.

Configuration supplémentaire

Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration RTP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.

Opérateurs

PBXware est livré avec une gamme de fournisseurs VoIP et PSTN préconfigurés afin de faciliter l’ajout de trunks dans le système. Cet écran permet d’ajouter un fournisseur personnalisé.

  • Fournisseur :
    Nom du fournisseur.
  • Protocole :
    Protocole utilisé par le fournisseur.
  • Type :
    Type de service.
  • Modifier la configuration du fournisseur.
  • Supprimer la configuration du fournisseur.

Ajouter un opérateur personnalisé

  • Configuration
    • Choisir un type :
      Type de service (Voip ou PSTN).
    • Protocole :
      Protocole utilisé par le fournisseur. Selon le type de service, SIP, IAX et DAHDI sont proposés.
    • Nom
      Nom du fournisseur (par exemple Generic Analog).

PSTN

DAHDI

Général

  • Pays :

    Destination de la connexion de trunk.

  • Code de numérotation national :

    Code de numérotation national de la destination du fournisseur.
    (Par exemple, pour les États-Unis 1, le Royaume-Uni, l’Allemagne 0)

  • Code de numérotation international :

    Code de numérotation international de la destination du fournisseur.
    (Par exemple, pour les États-Unis 011, le Royaume-Uni, l’Allemagne 00)

  • E.164 :

    Le fournisseur prend-il en charge la numérotation des destinations au format E164 ?
    (Par exemple, l’activation de cette option reformatera tout numéro composé sous la forme suivante : CODE PAYS + CODE LOCAL + NUMERO DIALISE. Par exemple, si l’utilisateur compose 55510205, le système composera 121255510205).

  • Mode pass-thru :

    Si cette option est activée, le numéro composé est transmis par le trunk sans modification.

  • Laisser le Code National :

    Dans certains pays, le code national est automatiquement supprimé. Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, le code national ne sera pas supprimé du numéro composé.

  • Indicatif téléphonique local :

    Ajoutez l’indicatif local au numéro composé si votre fournisseur de services l’exige. (Par défaut, l’indicatif local est supprimé lors de la composition du numéro).
    (Par exemple, l’utilisateur compose 55510205, et l’indicatif local est 212. Si l’appel passe par ce tronc, PBXware composera 21210205).

  • Écrire le code de composition :
    Le préfixe national et international doit-il être écrit dans les fichiers de configuration ?
  • Périphériques DAHDI :
    Sélectionnez le périphérique DAHDI qui sera utilisé.
    Les options proposées sont les suivantes :
    • X100P
    • TDM400P
    • TDM10B
    • TDM20B
    • TDM30B
    • TDM40B
    • TDM11B
    • TDM12B
    • TDM13B
    • TDM21B
    • TDM22B
    • TDM23B
    • T100P
    • E100P
    • TE110P
    • TE410P
    • TE405P
    • hfcISDN
    • quadBRI

VoIP

C’est ici que vous sélectionnez le type de VoIP pour lequel vous allez créer un fournisseur personnalisé.

SIP

Général

  • Type d’utilisateur :

    Relation de l’utilisateur avec le système

    • user – Le fournisseur n’accepte que les appels entrants
    • peer – Le fournisseur n’effectue que des appels sortants
    • friend – Le fournisseur effectue des appels entrants et sortants.
  • Mode DTMF (Dual Tone Multi-Frequency) :

    Mode DTMF utilisé par le fournisseur. Une fréquence spécifique (composée de deux tonalités distinctes) est attribuée à chaque touche afin qu’elle puisse être facilement identifiée par un microprocesseur.
    Exemple :
    inband – audio inband (nécessite un codec de 64 kbit – alaw, ulaw).
    rfc2833 – par défaut.
    info – messages SIP INFO.

  • Pays :
    Destination de la connexion au trunk.
  • Code de numérotation national :
    Code de numérotation national utilisé à la destination du fournisseur.
    (Par exemple, pour les États-Unis 1, le Royaume-Uni et l’Allemagne 0)
  • Code de numérotation international :
    Code de numérotation internationale utilisé par le fournisseur de la destination.
    (Par exemple, pour les États-Unis 011, le Royaume-Uni et l’Allemagne 00)
  • E.164 accepté :
    Le réseau prend-il en charge la composition de destinations au format E164 ?
    (Par exemple, l’activation de cette option reformatera tout numéro composé sous la forme suivante CODE_PAYS + CODE_LOCAL + NUMÉRO DIALISÉ. Par exemple, si l’utilisateur compose 55510205, le système composera 121255510205).
  • Mode pass-thru :
    Si cette option est activée, le numéro composé est transmis par le trunk sans modification.
  • Laisser le code national :
    Dans certains pays, le code national est automatiquement supprimé. Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, le code national ne sera pas supprimé du numéro composé.
  • Indicatif téléphonique local :

    Ajoutez un indicatif local au numéro composé si votre fournisseur de services l’exige. (Par défaut, l’indicatif local est supprimé lors de la composition du numéro).
    (Par exemple, l’utilisateur compose 55510205, l’indicatif local est 212. Si l’appel passe par ce tronc, PBXware composera 21210205).

Liaison réseau

  • Transport :

    Type de protocole de transfert qui sera utilisé sur PBXware.

    • UDP (User Datagram Protocol) – est utilisé principalement pour établir des connexions à faible latence et tolérant les pertes entre les applications sur l’internet. L’UDP permet une communication de processus à processus. Avec UDP, les applications informatiques peuvent envoyer des messages, appelés dans ce cas datagrammes, et il est considéré comme un mode de communication “best-effort”. UDP est considéré comme un protocole sans connexion car il ne nécessite pas l’établissement d’un circuit virtuel avant tout transfert de données.
    • TCP (Transmission Control Protocol) – assure la transmission fiable, ordonnée et vérifiée d’un flux d’octets entre des programmes fonctionnant sur des ordinateurs connectés à un intranet ou à l’internet public. Le TCP envoie des paquets individuels et est considéré comme un moyen de transport fiable.
    • TLS (Transport Layer Security) – protocole cryptographique qui assure la sécurité des communications sur l’internet.[1] Il utilise la cryptographie asymétrique pour l’authentification de l’échange de clés, le cryptage symétrique pour la confidentialité et les codes d’authentification des messages pour l’intégrité des messages.
    • TLS (Transport Layer Security) – protocole cryptographique qui assure la sécurité des communications sur l’internet.[1] Il utilise la cryptographie asymétrique pour l’authentification de l’échange de clés, le cryptage symétrique pour la confidentialité et les codes d’authentification des messages pour l’intégrité des messages.
  • Chiffrement :
    Cette option permet d’activer ou de désactiver le cryptage dans le transport PBXware.
    Les options proposées sont les suivantes :
     
    • Offre si possible (TLS uniquement)
      Offre le cryptage uniquement s’il est possible et uniquement avec le protocole TLS.
       
    • Requis
      Le cryptage est toujours requis.
       
    • Offrir (TLS uniquement)
      Offre toujours le cryptage, mais uniquement avec le protocole TLS.
  • Media Direct :
    Autorisez-vous le trafic vocal RTP à contourner Asterisk.
    Options :
    • Non – cette option indique à l’Asterisk de ne jamais envoyer de réinvitation au client.
    • Oui – envoie une réinvitation au client.
    • Pas de NAT – autorise la réinvite en local, refuse la réinvite en NAT.
    • Utilisation Mettre à jour – utilise UPDATE au lieu de INVITE.
    • Pas de mise à jour NAT – utiliser UPDATE en local, refuser en NAT.
  • RTP Direct :
    Vous pouvez ici activer ou désactiver la nouvelle configuration RTP direct expérimentale.
    La valeur “oui” permet d’établir l’appel directement avec le média ” pair à pair ” sans réinvitation. Cela ne fonctionnera pas pour la vidéo et dans les cas où l’appelant envoie des charges utiles RTP et des en-têtes fmtp dans le 200 OK qui ne correspondent pas à l’INVITE de l’appelant. Cela échouera également si mediadirect est activé alors que l’appareil se trouve derrière un NAT.
  • IP par défaut :
    Adresse IP à utiliser jusqu’à l’enregistrement.

Canaux

  • Limite entrant :

    Nombre d’appels entrants simultanés que le fournisseur peut traiter.
    (Par exemple, 4 = quatre appels entrants simultanés. Tout appel supplémentaire sera accompagné d’une tonalité d’occupation).

  • Limite sortante :

    Nombre d’appels sortants simultanés que le fournisseur peut gérer.
    (Par exemple, 4 = quatre appels sortants simultanés. Tout appel supplémentaire tentant d’utiliser ce fournisseur sera rejeté ou redirigé vers d’autres fournisseurs en fonction des paramètres définis dans le système/les extensions).

  • Niveau occupé :

    Limite le nombre d’appels actifs entrants simultanés.

  • Appliquer le niveau occupé pour les appels entrants :

    Indique si le niveau d’occupation sera appliqué aux appels entrants.

  • Destination occupée pour les appels entrants :

    Si une extension a un niveau d’occupation défini et que le niveau d’occupation correspond, le système essaiera de contacter la destination du niveau d’occupation.
    Cette option ne peut être utilisée que si le niveau d’occupation est défini sur Oui.

  • Destination occupée pour la boîte vocale :

    Indique si la destination du niveau d’occupation sera une boîte vocale.

  • Envoyer un mail sur limite dépassée :

    Envoyer un courrier électronique lorsque la limite d’entrée/sortie est atteinte.

  • Options d’appel sortant :

    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants
    Par défaut, ce champ est vide.

  • Options de numérotation :
    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • T – Permet à l’utilisateur qui appelle de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous détruisez les informations sur la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ le fait passer à l’étape suivante et génère en plus des sonneries là où il n’est probablement pas approprié de le faire.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne transmet aucun son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de Kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est incompatible avec l’option “r”. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement d’Asterisk v1.0 en matière d’ID de l’appelant (envoi de l’ID original de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoi du numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et suivants : Sauter à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x).
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion à l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond).
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *.
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR.
    • P (x) – Utiliser le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (context^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Diffuser une annonce (x.gsm) à l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRÈS que l’appelé ait décroché.
    • d – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF pendant que l’appel est en attente de réponse et renvoie cette valeur sur place. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertissement lorsqu’il reste “y” minutes, répété toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (extrait de app_dial.c).
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (défaut yes) – Diffuse des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Diffuse des sons à l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si ‘y’ est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est d’annoncer (“Vous avez [XX minutes] YY secondes”).
    • f – force l’ID de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTPC n’autorisent pas l’ID de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou ce qui est défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon).
    • W – Permet à l’utilisateur qui appelle de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon).

Authentification

  • Hôte :
    Adresse IP du fournisseur
    (Saisir l’adresse IP de l’hôte, 192.168.1.1 par exemple, ou définir ” dynamic ” si l’hôte est derrière une adresse IP dynamique).
  • Hôte Peer :
    L’IP d’un système hôte peer envoie les appels à
    (par exemple 192.168.1.1).
  • Auth :
    Informations d’identification globales pour les appels sortants, c’est-à-dire que lorsqu’un proxy demande à votre PBXware de s’authentifier, ces informations d’identification prévalent sur toutes les informations d’identification figurant dans la définition de pair/enregistrement si le domaine est le même.
  • Adresses IP entrantes
    (séparé par nouvelle ligne) :
    Si votre fournisseur d’accès a plusieurs adresses IP à partir desquelles il envoie du trafic, toutes ces adresses IP doivent être indiquées ici, en les séparant par une nouvelle ligne.
  • Non sécurisé :
    Lesquelles des options sélectionnées ne sont pas utilisées pour l’authentification.
    Exemple :
    • Port – Ne tient pas compte du numéro de port d’où provient la demande.
    • Invite – N’exige pas l’authentification des INVITEs entrants.
    • Port,Invite – N’exige pas l’authentification de l’INVITE initial et ignore le port d’où provient la demande.
    • very – Ignore l’authentification (utilisateur/mot de passe).
  • Enregistrer :
    Méthode d’enregistrement sur le serveur distant. Les fournisseurs peuvent exiger une autre méthode d’enregistrement sur leur serveur. L’utilisateur peut choisir les options suivantes :
    • Non requis
    • Tester le numéro de téléphone
    • Avec identifiant
    • Avec nom d’identification
    • Avec authname@host
    • Avec authname@trunk-name
  • Suffixe du registre :
    Le fournisseur de services peut demander différentes méthodes d’enregistrement pour ses services. Sélectionnez la méthode appropriée, selon les exigences du fournisseur.
  • Expiration par défaut (s) :
    Durée de l’enregistrement avant l’expiration de la session.

Codecs

  • ITU G.711 ulaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé aux Etats-Unis
  • ITU G.711 alaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé en Europe
  • Opus
  • ITU G.722
  • ITU G.723.1 – 5,3/6,3 Kbps, taille de trame de 30 ms
  • ITU G.726 – 16/24/32/40 Kbps
  • ITU G.726 AAL2
  • ITU G.729 – 8 Kbps, taille de trame de 10 ms
  • GSM – 13 Kbps (plein débit), 20ms de taille de trame
  • iLBC – 15 Kbps, taille d’image de 20 ms : 13,3 Kbps, taille d’image de 30 ms
  • Speex – 2,15 à 44,2 Kbps
  • SpeeX 16
  • SpeeX 32
  • LPC10 – 2,5 Kbps
  • H.261 Video – Utilisée sur les lignes RNIS avec une résolution de 352×288
  • H.263 Video – Solution d’encodage à faible débit pour la vidéoconférence
  • H.263+ Video – Extension de la norme H.263 qui offre des fonctions supplémentaires améliorant la compression sur les réseaux à commutation de paquets.
  • H.264 Video
  • Support vidéo :
    Cette option permet d’activer ou de désactiver la prise en charge de la vidéo par PBXware.
  • Trame automatique (Paquétisation RTP) :
    Ajuste automatiquement la taille des paquets RTP avec l’appareil enregistré.

Jitter Buffer

  • Jitter Buffer :
    • Hériter – hérite des paramètres du Jitter Buffer de la configuration du tenant.
    • Organisé – Définit un Jitter Buffer fixe sur le canal.
    • Adaptatif – Définit un Jitter Buffer adaptatif sur le canal.
    • Désactivé – Supprime un Jitter Buffer précédemment défini sur le canal.
  • Max Lenght (ms) :
    Longueur en millisecondes de Buffer. Par défaut, elle est de 200 ms.
  • Seuil de re-synchronisation) :
    Durée en millisecondes au-delà de laquelle une différence d’horodatage entraînera une resynchronisation du Jitter Buffer. La valeur par défaut est de 1000 ms.
  • Cible extra :
    Ce paramètre n’affecte que le Jitter Buffer adaptatif. Il représente le temps en millisecondes dont la taille du nouveau Jitter Buffer sera augmentée. La valeur par défaut est de 40.

 Configuration spécifique au fournisseur

Cette option permet de saisir les paramètres de configuration spécifiques au fournisseur pour les fichiers de configuration IAX.

IAX

 

Général

  • Type d’utilisateur :

    Relation de l’utilisateur avec le système

    • user – Le fournisseur n’accepte que les appels entrants
    • peer – Le fournisseur n’effectue que des appels sortants
    • friend – Le fournisseur effectue des appels entrants et sortants.
  • Mode DTMF (Dual Tone Multi-Frequency) :

    Mode DTMF utilisé par le fournisseur. Une fréquence spécifique (composée de deux tonalités distinctes) est attribuée à chaque touche afin qu’elle puisse être facilement identifiée par un microprocesseur.
    Exemple :
    inband – audio inband (nécessite un codec de 64 kbit – alaw, ulaw).
    rfc2833 – par défaut.
    info – messages SIP INFO.

  • Pays :

    Destination de la connexion au trunk.

  • Code de numérotation national :

    Code de numérotation national utilisé à la destination du fournisseur.
    (Par exemple, pour les États-Unis 1, le Royaume-Uni et l’Allemagne 0)

  • Code de numérotation international :

    Code de numérotation internationale utilisé par le fournisseur de la destination.
    (Par exemple, pour les États-Unis 011, le Royaume-Uni et l’Allemagne 00)

  • E.164 accepté :

    Le réseau prend-il en charge la composition de destinations au format E164 ?
    (Par exemple, l’activation de cette option reformatera tout numéro composé sous la forme suivante CODE_PAYS + CODE_LOCAL + NUMÉRO DIALISÉ. Par exemple, si l’utilisateur compose 55510205, le système composera 121255510205).

  • Mode pass-thru :

    Si cette option est activée, le numéro composé est transmis par le trunk sans modification.

  • Laisser le code national :

    Dans certains pays, le code national est automatiquement supprimé. Si ce paramètre est réglé sur “Oui”, le code national ne sera pas supprimé du numéro composé.

  • Indicatif téléphonique local :
    Ajoutez un indicatif local au numéro composé si votre fournisseur de services l’exige. (Par défaut, l’indicatif local est supprimé lors de la composition du numéro).
    (Par exemple, l’utilisateur compose 55510205, l’indicatif local est 212. Si l’appel passe par ce tronc, PBXware composera 21210205).

Liaison réseau

  • IP par défaut :
    Adresse IP à utiliser jusqu’à l’enregistrement.

Canaux

  • Limite entrant :
    Nombre d’appels entrants simultanés que le fournisseur peut traiter
    (Par exemple, 4 équivaut à quatre appels entrants simultanés. Tout appel supplémentaire sera accompagné d’une annonce de ligne occupée).
  • Limite sortante :
    Nombre d’appels sortants simultanés que le fournisseur peut traiter
    (Par exemple, 4 équivaut à quatre appels sortants simultanés. Tout appel supplémentaire tentant d’utiliser ce fournisseur sera rejeté ou redirigé vers d’autres fournisseurs en fonction des paramètres définis dans le système/les extensions).
  • Appliquer le niveau occupé pour les appels entrants :
    Indique si le niveau d’occupation sera appliqué aux appels entrants.
  • Destination occupée pour les appels entrants :
    Si une extension a un niveau d’occupation défini et que le niveau d’occupation correspond, le système essaiera de contacter la destination du niveau d’occupation.
    Cette option ne peut être utilisée que si le niveau d’occupation est défini sur Oui.
  • Destination occupée pour la boîte vocale :
    Indique si la destination du niveau d’occupation sera une boîte vocale.
  • Envoyer un mail sur limite dépassée :
    Envoi d’un courrier électronique lorsque la limite de sortie est atteinte.
  • Options d’appel sortant :
    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants. Par défaut, ce champ est vide.
  • Pas de transfert :

    Désactiver le transfert IAX natif.

  • Envoi ANI :

    ANI – Automatic number identification ou L’identification automatique du numéro
    L’ANI (“super” ID de l’appelant) doit-il être envoyé par l’intermédiaire de ce fournisseur ?

  • Compte SIP :

    Utiliser le trunking IAX2 avec cet hôte.

  • Options d’appel sortant :

    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants
    Par défaut, ce champ est vide.

    Options de numérotation :

    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.

    • T – Permet à l’utilisateur qui appelle de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous détruisez les informations sur la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ le fait passer à l’étape suivante et génère en plus des sonneries là où il n’est probablement pas approprié de le faire.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne transmet aucun son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de Kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est incompatible avec l’option “r”. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement d’Asterisk v1.0 en matière d’ID de l’appelant (envoi de l’ID original de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoi du numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et suivants : Sauter à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x).
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion à l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond).
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *.
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR.
    • P (x) – Utiliser le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (context^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Diffuser une annonce (x.gsm) à l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRÈS que l’appelé ait décroché.
    • d – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF pendant que l’appel est en attente de réponse et renvoie cette valeur sur place. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertissement lorsqu’il reste “y” minutes, répété toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (extrait de app_dial.c).
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (défaut yes) – Diffuse des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Diffuse des sons à l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si ‘y’ est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est d’annoncer (“Vous avez [XX minutes] YY secondes”).
    • f – force l’ID de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTPC n’autorisent pas l’ID de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou ce qui est défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon).
    • W – Permet à l’utilisateur qui appelle de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon).

Authentification

  • Chiffrement :

    Le chiffrement doit-il être utilisé lors de l’authentification avec le pair ?

  • Hôte :

    Adresse IP du fournisseur
    (Saisir l’adresse IP de l’hôte, 192.168.1.1 par exemple, ou définir “dynamic” si l’hôte est derrière une adresse IP dynamique).

  • Hôte Peer :

    IP d’un système hôte peer qui envoie les appels à
    (Par exemple 192.168.1.1)

  • Enregistrer :

    Méthode d’enregistrement sur le serveur distant Les fournisseurs peuvent exiger une méthode d’enregistrement différente sur leur serveur. L’utilisateur peut choisir les options suivantes :

    • Non requis
    • Tester le numéro de téléphone
    • Avec identifiant
    • Avec nom d’identification
    • Avec authname@host
    • Avec authname@trunk-name
  • Suffixe du registre :
    Le fournisseur de services peut demander différentes méthodes de registre pour ses services. Sélectionnez la méthode appropriée selon les exigences du fournisseur.
  • Méthode d’authentification :
    Méthode d’authentification requise par le fournisseur.
    La moins sûre est “plaintext”, qui envoie les mots de passe en clair sur le réseau.
    La méthode “md5” utilise un arrangement de somme md5 défi/réponse, mais exige toujours que les deux parties aient accès au secret en texte clair.
    rsa” permet une connaissance unidirectionnelle du secret par le biais de clés publiques/privées. Si l’authentification “rsa” est utilisée, “inkeys” est une liste de clés publiques acceptables sur le système local qui peuvent être utilisées pour authentifier le pair distant, séparées par le caractère ” :”.
    rs4
  • Clé RSA :
    Clé d’authentification RSA
    (Par exemple, si la méthode d’authentification est définie sur RSA, fournir la clé RSA ici)

Codecs

  • ITU G.711 ulaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé aux Etats-Unis
  • ITU G.711 alaw – 64 Kbps, basé sur des échantillons, utilisé en Europe
  • ITU G.722 – 48, 56 et 64 Kbps, basé sur des échantillons
  • Opus – 6 Kbps- 510 Kbps, cinq taux d’échantillonnage de 8 kHz à 48 kHz
  • ITU G.723.1 – 5,3/6,3 Kbps, taille de trame de 30 ms
  • ITU G.726 – 16/24/32/40 Kbps
  • ITU G.726 AAL2
  • ITU G.729 – 8 Kbps, taille de trame de 10 ms
  • GSM – 13 Kbps (plein débit), 20ms de taille de trame
  • iLBC – 15 Kbps, taille d’image de 20 ms : 13,3 Kbps, taille d’image de 30 ms
  • Speex – 2,15 à 44,2 Kbps
  • SpeeX 16
  • SpeeX 32
  • LPC10 – 2,5 Kbps
  • H.261 Video – Utilisée sur les lignes RNIS avec une résolution de 352×288
  • H.263 Video – Solution d’encodage à faible débit pour la vidéoconférence
  • H.263+ Video – Extension de la norme H.263 qui offre des fonctions supplémentaires améliorant la compression sur les réseaux à commutation de paquets.
  • H.264 Video

Jitter Buffer

  • Jitter Buffer :
    • Hériter
      Hérite des paramètres du Jitter Buffer de la configuration du tenant.
    • Fixe
      Définit un Jitter Buffer fixe sur le canal.
    • Adaptatif
      Définit un Jitter Buffer adaptatif sur le canal.
    • Désactivé
      Supprime un Jitter Buffer précédemment défini sur le canal.
  • Longueur max (ms) :

    Longueur en millisecondes du Buffer. Par défaut, elle est de 200 ms.

  • Seuil de re-synchronisation :

    Durée en millisecondes au-delà de laquelle une différence d’horodatage entraînera une resynchronisation du Jitter Buffer. La valeur par défaut est de 1000 ms.

  • Cible extra :

    Ce paramètre n’affecte que le Jitter Buffer adaptatif. Il représente le temps en millisecondes dont la taille du nouveau Jitter Buffer sera augmentée. La valeur par défaut est de 40.

Configuration spécifique au fournisseur

Cette option permet de saisir les paramètres de configuration spécifiques au fournisseur pour les fichiers de configuration IAX.

Trunk par défaut

Le système utilise ses trunks pour passer des appels vers diverses destinations. Afin de permettre à une organisation de contrôler son budget de communications vocales et de prévoir une terminaison de secours, les trunks par défaut permettent de définir des trunks primaires, secondaires et tertiaires.

Le système utilisera le trunk principal comme premier choix pour chaque destination appelée. Si, pour une raison quelconque, la ligne primaire ne parvient pas à terminer l’appel, le trunk secondaire sera utilisé par le système. Si, pour une raison quelconque, le trunk secondaire ne parvient pas à terminer l’appel, le trunk tertiaire sera utilisé par le système.

  • Trunk Primaire/Secondaire/Tertiaire :
    Permet de sélectionner les trunks par défaut au niveau du système.
  • Destination par défaut :

    Destination par défaut vers laquelle les trunks sans SDA seront transférés.
    (Par exemple, s’il n’y a pas de SDA pour un trunk/fournisseur entrant, tous les appels seront transférés vers ce numéro de système).

Priorité

Réglages :

    • Trunks par défaut : Tous les appels du système passent par les trunks définis ici.

Extensions :

    • Les trunks définis dans les options avancées des extensions remplacent les trunks par défaut définis dans Réglages > Trunks par défaut.

UAD

Les UAD (User Agent Devices) sont des téléphones IP, des softphones, des ATA (Analog Telephone Adaptors) et des IAD (Integrated Access Devices) utilisés pour les extensions du système. PBXware prend en charge une large gamme d’UAD utilisant les protocoles SIP, IAX, MGCP et DAHDI.

Les appareils pris en charge sont déjà préconfigurés avec les paramètres les plus courants afin de permettre aux administrateurs d’ajouter facilement des extensions. Cependant, certaines installations PBXware ont des exigences spécifiques, il est donc conseillé d’éditer l’UAD sélectionné et de le configurer avec les valeurs requises. De plus, si une installation doit utiliser un UAD non listé, cliquer sur “Ajouter un agent utilisateur” permet d’ajouter un nouvel UAD.

Recherche


La recherche dans les UAD est disponible de 3 façons :

  • Marque – recherche par le nom de la marque
  • Statut – recherche par le statut de l’extension sur le réseau
  • Recherche d’un agent utilisateur en tapant son nom

Fin de vie

Tous les appareils en fin de vie sont maintenant correctement indiqués sur le site Wikimedia de Bicom Systems dans la section UAD.

  • Quant à l’interface graphique PBXware :
    Pour voir quels appareils sont en fin de vie, naviguez librement vers l’onglet Réglages > sélectionnez la page UAD et une boîte de sélection indiquant “Fin de vie” s’affichera. Choisissez simplement ‘Oui’ si vous souhaitez voir la liste des appareils en fin de vie.

Conditions requises

Ajouter/Modifier

Cliquez sur “Ajouter un agent utilisateur” pour ajouter un dispositif ou cliquez sur l’icône “Modifier” à côté d’un dispositif pour modifier ses paramètres.

  • Protocole :
    Sélectionnez le protocole utilisé par l’UAD (User Agent Device). Les options disponibles sont SIP, IAX et DAHDI.
    Remarque : selon le protocole choisi, l’ajout/la modification d’un UAD sera différent.

SIP

 

Général

  • Nom de l’appareil :

    Nom unique de l’appareil.

  • Mode DTMF (Dual Tone Multi-Frequency) :

    Une fréquence spécifique composée de deux tonalités distinctes. Une tonalité spécifique est attribuée à chaque touche afin qu’elle puisse être facilement identifiée par un microprocesseur. Ce sont les tonalités générées sur le clavier de votre appareil téléphonique.
    (Par exemple, chaque téléphone a un “mode DTMF” différent. Par défaut, ce champ est rempli automatiquement pour les appareils pris en charge. Si vous ajoutez d’autres UAD/téléphones, sélectionnez les options ‘inband’, ‘rfc2833’ ou ‘info’).

  • Contexte :
    Chaque extension du système appartient à un certain contexte du système. Le contexte peut être décrit comme une collection/un groupe d’extensions. Le contexte par défaut utilisé par PBXware est “par défaut” et ne doit pas être utilisé par des extensions personnalisées.
  • Statut :
    Statut de l’appareil/présence sur le réseau
    Si ce champ est défini sur “Actif”, cet UAD/téléphone sera disponible par défaut dans la boîte de sélection “UAD” lors de l’ajout de nouvelles extensions.)
  • Nom UAD interne pour l’auto-approvisionnement :
    C’est ici que vous définissez comment le système reconnaîtra l’UAD en interne

Reseau en relation

  • Transport :

    Type de protocole de transfert qui sera utilisé sur PBXware.

    • UDP (User Datagram Protocol) – est utilisé principalement pour établir des connexions à faible latence et tolérant les pertes entre les applications sur l’internet.
      L’UDP permet une communication de processus à processus. Avec l’UDP, les applications informatiques peuvent envoyer des messages, appelés dans ce cas datagrammes, et il est considéré comme un mode de communication “best-effort”. UDP est considéré comme un protocole sans connexion car il ne nécessite pas l’établissement d’un circuit virtuel avant tout transfert de données.
    • TCP (Transmission Control Protocol) – assure la transmission fiable, ordonnée et vérifiée d’un flux d’octets entre des programmes fonctionnant sur des ordinateurs connectés à un intranet ou à l’internet public. Le TCP envoie des paquets individuels et est considéré comme un moyen de transport fiable.
    • TLS (Transport Layer Security) – protocole cryptographique qui assure la sécurité des communications sur l’internet[1] et qui utilise la cryptographie asymétrique pour l’authentification de l’échange de clés, le cryptage symétrique pour la confidentialité et les codes d’authentification des messages pour l’intégrité des messages.
  • Chiffrement :

    Cette option permet d’activer ou de désactiver le chiffrement dans le transport PBXware.
    Les options proposées sont les suivantes :

    • Offre si possible (TLS uniquement)
      Offre le chiffrement uniquement s’il est possible et uniquement avec le protocole TLS.
    • Requis
      Le chiffrement est toujours requis.
    • Offrir (TLS uniquement)
      Offre toujours le chiffrement, mais uniquement avec le protocole TLS.
  • NAT (Network Address Translation) :

    Définir la relation Extension – PBXware NAT appropriée
    Exemple :
    Si l’extension 1000 essaie de s’enregistrer auprès de PBXware à partir d’un site/réseau distant et que ce réseau est derrière un NAT, sélectionnez ici les paramètres NAT appropriés :

    • Oui – Toujours ignorer les informations et supposer qu’il s’agit d’un NAT.
    • Non – Utiliser le mode NAT uniquement selon RFC3581.
    • Par défaut (rport) – force_rport – force le comportement RFC 3581 et désactive le support RTP symétrique.
    • Comedia RTP – active le comportement RFC 3581 si le côté distant le demande et active le support RTP symétrique.
  • Média direct :

    Cette option indique au serveur Asterisk de ne jamais émettre de réinvitation au client, si elle est définie sur Non.
    Options proposées :

    • Non
      Si cette option est définie sur ‘Non’, Asterisk n’enverra jamais de réinvitation au client.
    • Oui
      Asterisk enverra une réinvitation au client.
    • Non NAT uniquement
    • Utilisation Mettre à jour
    • Pas de mise à jour NAT
  • RTP Direct :

    Vous pouvez ici activer ou désactiver la nouvelle configuration RTP directe expérimentale. La valeur “oui” permet d’établir l’appel directement avec le média ” pair à pair ” sans réinvitation. Cela ne fonctionnera pas pour la vidéo et dans les cas où l’appelant envoie des charges utiles RTP et des en-têtes fmtp dans le 200 OK qui ne correspondent pas à l’INVITE de l’appelant. Cela échouera également si MediaDirect est activé alors que l’appareil se trouve derrière un NAT.

  • Qualification(ms) :
    Intervalle de temps en millisecondes pendant lequel un “ping” est envoyé à l’UAD/au téléphone ou au trunk, afin de connaître son état (en ligne/hors ligne).
    Qualification est réglé par défaut sur 8000.
    (Par exemple, réglez cette option sur “2500” pour envoyer un signal ping toutes les 2,5 secondes à l’UAD/au téléphone ou au trunk).

 

Propriétés d’appels

  • Indicatif téléphonique :

    Indicatif régional à partir duquel l’UAD opère.
    (Par exemple, l’indicatif de New York – 212)

  • Temps de sonnerie (sec) :

    Durée de la sonnerie de l’UAD/du téléphone. Il s’agit du temps en secondes pendant lequel l’UAD/Phone sonnera avant que l’appel ne soit considéré comme non répondu.
    La valeur par défaut est de 32 secondes.

  • Options Appel Entrant :

    Options de numérotation avancées pour tous les appels entrants
    La valeur par défaut est tr.
     (valeur par défaut : tr)).

  • Options Appel Sortant :

    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants. La valeur par défaut est vide.

Tranches

  • Limite entrant :

    Nombre maximum d’appels entrants.

  • Limite Sortantes :
    Nombre maximum d’appels sortants.
  • Niveau occupé :
    Nombre maximum d’appels entrants simultanés jusqu’à ce que l’utilisateur/l’interlocuteur soit occupé.
  • Appliquer le niveau occupé pour les appels entrants :
    Indique si le niveau d’occupation sera appliqué lorsque le nombre maximum d’appels entrants simultanés est atteint.
  • Destination occupée pour les appels entrants :
    Définir l’extension/le numéro où l’appel sera redirigé si le niveau d’occupation est appliqué.
  • Occupé destination boite vocale :
    Sélectionnez “oui” si vous souhaitez que la messagerie vocale soit une destination occupée.

Codecs

Définit les codecs que l’extension est autorisée à utiliser.

 

  • Support vidéo :

    Réglez cette option sur Oui pour activer la prise en charge de la vidéo SIP.

  • Trame automatique (RTP paquétisation) :

    Si le trame automatique est activé, le système choisira le niveau de paquetage en fonction des préférences des utilisateurs distants.

Provisionnement Automatique

  • Provisionnement Automatique :
    Activer le service de provisionnement automatique pour ce modèle particulier.
    (Par exemple, connecter l’UAD/Phone à PBXware sans aucun problème en fournissant l’adresse MAC de l’UAD/Phone (et en ajoutant éventuellement l’adresse IP statique de l’UAD/Phone et les détails du réseau)).
  • DHCP :
    Définir si l’UAD/Phone est sur une adresse DHCP ou une adresse IP statique.
    Réglez DHCP sur ‘Oui’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP dynamique ou DHCP sur ‘Non’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique. Si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique, vous devrez fournir plus de détails sur le réseau dans les champs ci-dessous.

Présence

  • Présence activée :

    La présence permet à l’UAD de s’abonner aux indications utilisées pour la BLF.

  • Présence Globale

Configuration supplémentaire

  • Modèle de provisionnement automatique général de l’agent utilisateur : 

    Modèle de provisionnement automatique général de l’agent utilisateur
    Ici, les utilisateurs peuvent définir une configuration personnalisée qui sera servie à tous les téléphones du même modèle.

  • Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur :

    Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur
    Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration SIP, IAX et MGCP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.
    Les variables suivantes peuvent être utilisées :

    • %EXT_NUMBER% – Numéro de l’extension
    • %EXT_NAME% – Nom de l’extension
    • %MAC_ADDRESS% – Adresse MAC de l’extension (le MAC de la demande de provisionnement automatique)
    • %WAN_IP% – Nom d’hôte WAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • LAN_IP% – Nom d’hôte LAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • %AUTH_USERNAME% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %AUTH_PASSWORD% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %VM_PIN% – PIN de la messagerie vocale de l’extension
    • %EXT_SECRET% – Secret du poste
    • %EXT_LABEL% – Label de l’extension
    • %EXT_TITLE% – Titre de l’extension

  • Configuration spécifique de l’agent utilisateur :

  • Options de composition
    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • T – Permet à l’utilisateur appelant de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous supprimez les informations relatives à la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ permet de passer à l’étape suivante et génère également des sonneries là où ce n’est probablement pas approprié.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne passe pas de son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est mutuellement exclusive avec l’option ‘r’. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement de l’identification de l’appelant d’Asterisk v1.0 (envoyer l’identification originale de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoyer le numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et plus : Saut à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x)
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion de l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond)
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR
    • P (x) – Utilise le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (contexte^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Joue une annonce (x.gsm) à l’intention de l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRES que l’appelé ait décroché.
    • d : – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF en attendant que l’appel soit pris et renvoie cette valeur sur le champ. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertir lorsqu’il reste “y” minutes, répéter toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (collé à partir de app_dial.c)
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (par défaut yes) – Joue des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Joue des sons pour l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si “y” est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est l’affichage d’un fichier d’avertissement (LIMIT_WARNING_FILE).
    • f – force l’identification de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTC n’autorisent pas l’identification de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre paramètre défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
    • W – Permet à l’utilisateur appelant de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
      IAX

IAX

General

  • Nom de l’appareil :
    Nom unique de l’appareil.
  • Mode DTMF :
    Une fréquence spécifique, composée de deux tonalités distinctes. Une tonalité spécifique est attribuée à chaque touche afin qu’elle puisse être facilement identifiée par un microprocesseur. Ce sont les tonalités générées sur le clavier de votre appareil téléphonique.
    (Par exemple, chaque téléphone a un “mode DTMF” différent. Par défaut, ce champ est rempli automatiquement pour les appareils pris en charge. Si vous ajoutez un autre UAD/téléphone, sélectionnez les options “inband”, “rfc2833” ou “info”).
  • Contexte :
    Chaque extension du système appartient à un certain contexte du système. Le contexte peut être décrit comme une collection/groupe d’extensions. Le contexte par défaut utilisé par PBXware est “default” et ne doit pas être utilisé par des extensions personnalisées.
  • Statut :
    Statut de l’appareil/présence sur le réseau
    (Par exemple, si ce champ est défini sur “Actif”, cet UAD/téléphone sera disponible par défaut dans la boîte de sélection “UAD” lors de l’ajout de nouvelles extensions).

Liaison réseau

  • NAT (Network Address Translation)

    Définissez la relation NAT Extension – PBXware appropriée.
    Si l’extension 1000 essaie de s’enregistrer auprès de PBXware à partir d’un site/réseau distant et que ce réseau est derrière un NAT, sélectionnez ici les paramètres NAT appropriés :

    • Oui – Toujours ignorer les informations et supposer qu’il s’agit de NAT
    • Non – Utiliser le mode NAT uniquement selon la norme RFC3581
    • Par défaut (rport) – ce paramètre impose le comportement RFC3581 et désactive le support RTP symétrique.
    • Comedia RTP – active le comportement RFC3581 si le côté distant le demande et active le support RTP symétrique.
  • Qualification(ms) :
    Intervalle de temps en millisecondes pendant lequel un ‘ping’ est envoyé à un UAD/téléphone ou à un trunk afin de connaître son état (en ligne/hors ligne).
    Dans PBXware 6.0, l’option ‘Qualification’ est réglée par défaut sur 8000 ms.
    (Par exemple, réglez cette option sur ‘2500’ pour envoyer un signal ping toutes les 2,5 secondes à l’UAD/au téléphone ou au tronc).

Propriétés d’appels

  • Indicatif téléphonique :
    Indicatif téléphonique à partir duquel l’UAD opère.
    (Par exemple, l’indicatif de New York – 212)
  • Temps de sonnerie (sec) :
    Temps de sonnerie de l’UAD/du téléphone. Il s’agit du temps en secondes pendant lequel l’UAD/Phone sonnera avant que l’appel ne soit considéré comme non répondu.
    (Par exemple, le temps en secondes pendant lequel l’UAD/Phone sonnera avant que l’appel ne soit considéré comme non répondu).
  • Options d’appel entrant :
    Options de numérotation avancées pour tous les appels entrants
    La valeur par défaut est 32s.
  • Options d’appel sortant :
    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants. La valeur par défaut est vide.

Canaux

  • Limite entrant :
    Nombre maximum d’appels entrants.
  • Limite sortante :
    Nombre maximum d’appels sortants.
  • Appliquer le niveau occupé pour les appels entrants :
    Indique si le niveau d’occupation sera appliqué lorsque le nombre maximal d’appels entrants simultanés est atteint.
  • Destination occupée pour les appels entrants :
    D :éfinir l’extension/le numéro où l’appel sera redirigé si le niveau d’occupation est appliqué.
  • Occupé destination boite vocale :
    Sélectionnez “oui” si vous souhaitez que la messagerie vocale soit une destination occupée.
  • Pas de transfert :
    Désactiver le transfert IAX natif.
  • Envoi ANI :
    ANI – Identification automatique du numéro
    L’ANI (“super” identification de l’appelant) doit-il être envoyé par l’intermédiaire de ce fournisseur ?
  • Compte SIP :
    Utiliser le trunking IAX2 avec cet hôte

Authentification

  • Méthode d’authentification :
    Méthode d’authentification requise par le fournisseur
    • none – n’utilise pas d’authentification
    • plaintext – utilise un texte en clair comme moyen d’authentification
    • md5 – utilise un arrangement de somme md5 défi/réponse, mais exige toujours que les deux parties aient accès au secret en texte clair.
    • rc4
    • rsa – permet une connaissance unidirectionnelle du secret par le biais de clés publiques/privées. Si l’authentification “rsa” est utilisée, “inkeys” est une liste de clés publiques acceptables sur le système local qui peuvent être utilisées pour authentifier l’homologue distant, séparées par le caractère ” :”.

Codecs

Définit les codecs que l’extension est autorisée à utiliser. N/A signifie “non autorisé”.

Provisionnement Automatique

  • Provisionnement Automatique :
    Activer le service d’approvisionnement automatique pour ce modèle particulier.
    (Par exemple, connecter l’UAD/Phone à PBXware sans aucun problème en fournissant l’adresse MAC de l’UAD/Phone (et en ajoutant éventuellement l’adresse IP statique de l’UAD/Phone et les détails du réseau)).
  • DHCP :
    Définir si l’UAD/Phone est sur une adresse DHCP ou une adresse IP statique.
    Réglez DHCP sur ‘Oui’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP dynamique ou DHCP sur ‘Non’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique. Si l’adresse IP est statique, vous devrez fournir plus de détails sur le réseau dans les champs ci-dessous.

Présence

  • Présence activée :
    La présence permet à l’UAD de souscrire à des indices qui sont utilisés pour la BLF.
  • Présence globale

Additional Config
Additional configuration for Auto Provisioning on the following pages can use template variables :

  • Modèle d’approvisionnement automatique général de l’agent utilisateur :

    Ici, les utilisateurs peuvent définir une configuration personnalisée qui sera servie à tous les téléphones du même modèle.

  • Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur :

    Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration SIP, IAX et MGCP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.

Les variables suivantes peuvent être utilisées :

    • %EXT_NUMBER% – Numéro de l’extension
    • %EXT_NAME% – Nom de l’extension
    • %MAC_ADDRESS% – Adresse MAC de l’extension (le MAC de la demande de provisionnement automatique)
    • %WAN_IP% – Nom d’hôte WAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • LAN_IP% – Nom d’hôte LAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • %AUTH_USERNAME% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %AUTH_PASSWORD% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %VM_PIN% – PIN de la messagerie vocale de l’extension
    • %EXT_SECRET% – Secret du poste
    • %EXT_LABEL% – Label de l’extension
    • %EXT_TITLE% – Titre de l’extension
  • Configuration spécifique de l’agent utilisateur :

  • Options de composition
    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • T – Permet à l’utilisateur appelant de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous supprimez les informations relatives à la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ permet de passer à l’étape suivante et génère également des sonneries là où ce n’est probablement pas approprié.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne passe pas de son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est mutuellement exclusive avec l’option ‘r’. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement de l’identification de l’appelant d’Asterisk v1.0 (envoyer l’identification originale de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoyer le numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et plus : Saut à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x)
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion de l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond)
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR
    • P (x) – Utilise le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (contexte^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Joue une annonce (x.gsm) à l’intention de l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRES que l’appelé ait décroché.
    • d : – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF en attendant que l’appel soit pris et renvoie cette valeur sur le champ. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertir lorsqu’il reste “y” minutes, répéter toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (collé à partir de app_dial.c)
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (par défaut yes) – Joue des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Joue des sons pour l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si “y” est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est l’affichage d’un fichier d’avertissement (LIMIT_WARNING_FILE).
    • f – force l’identification de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTC n’autorisent pas l’identification de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre paramètre défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
    • W – Permet à l’utilisateur appelant de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
      IAX

DAHDI

DAHDI General

  • Nom de l’appareil :

    Nom unique de l’appareil.

  • Canaux :

    Quels sont les canaux de cartes utilisés ?

  • Langue :

    Langue par défaut.

  • Statut :

    Statut de l’appareil/présence sur le réseau
    (Par exemple, si ce champ est défini sur “Actif”, cet UAD/téléphone sera disponible par défaut dans la boîte de sélection “UAD” lors de l’ajout de nouvelles extensions).

  • Signalisation :

    Méthode de signalisation
    Choix possibles :

    • E&M
    • E&M Wink
    • FXS Loopstart
    • FXS Groundstart
    • FXS Kewlstart
    • FXO Loopstart
    • FXO Groundstart
    • FXO Kewlstart
    • PRI CPE side
    • PRI Network side
    • BRI Network side
    • BRI CPE PTMP
    • BRI Network PTMP
  • Numéro de test :

    Ce numéro est utilisé pour la surveillance des trunks dans Superviser-> Trunks Réglages->Superviser Trunks.

  • Musique d’attente :

    Sélectionnez la classe de musique à utiliser pour la musique d’attente. Si elle n’est pas spécifiée, c’est la valeur “par défaut” qui sera utilisée.

  • Boîte vocale :

    Définir un contexte de messagerie vocale.
    (par exemple 1234, 1234@contexte)

  • Méthode de groupe :

    Elle spécifie le groupe à composer et la manière de choisir un canal à utiliser dans le groupe spécifié. Les quatre options possibles sont les suivantes :

    • g : sélectionne le canal DAHDI non occupé le plus bas (alias groupe de recherche séquentiel ascendant).
    • G : sélectionne le canal DAHDI non occupé le plus élevé (alias groupe de recherche séquentiel descendant).
    • r : utiliser une recherche round-robin, en commençant par le canal suivant le plus élevé par rapport à la dernière fois (alias groupe de recherche rotatif ascendant).
    • R : utiliser une recherche round-robin, en commençant par le canal le plus bas suivant par rapport à la dernière fois (alias groupe de chasse rotatif descendant).

Span

  • Numéro de span :
    Numéro de span.
  • Timing span :
    Comment synchroniser les dispositifs de synchronisation
    Exemple :
    • 0 – ne pas utiliser cette plage de représentation comme source de synchronisation
    • 1 – utiliser comme source de synchronisation primaire
    • 2 – comme source secondaire, et ainsi de suite
  • Line Build Out :
    Longueur du dernier tronçon de la connexion. La valeur est fixée à zéro si la longueur est inférieure à 133 pieds.
    Exemple :
    • 0 db (CSU) / 0-133 pieds (DSX-1)
    • 133-266 pieds (DSX-1)
    • 266-399 pieds (DSX-1)
    • 399-533 pieds (DSX-1)
    • 533-655 pieds (DSX-1)
    • -7,5db (CSU)
    • -15db (CSU)
    • -22,5db (CSU)
  • Framing :
    Comment communiquer avec le matériel à l’autre bout de la ligne.
    Exemple :
    • Pour T1 : La trame est l’une des suivantes : d4 ou esf.
    • Pour E1 : la trame est l’une des suivantes : cas ou ccs.
  • Coding :
    Comment coder la communication avec le matériel de l’autre extrémité de la ligne.
    Exemple :
    • Pour T1 : le codage est ami ou b8zs.
    • Pour E1 : le codage est l’un des suivants : ami ou hdb3 (E1 peut également avoir besoin d’une crc).
  • Jaune :
    Indique si l’alarme jaune est transmise lorsqu’aucun canal n’est ouvert.

Dynamic Span

  • Dynamic span driver :

    Le nom du pilote (par exemple eth)

  • Dynamic span address :

    Adresse spécifique au pilote (comme un MAC pour eth).

  • Dynamic span channels :

    Nombre de canaux.

  • Dynamic span channels :
    Définit la priorité de synchronisation, comme pour une plage normale. Utilisez “0” pour ne pas l’utiliser comme source de synchronisation, ou donnez-leur la priorité en tant que source primaire, secondaire, etc.

Echo Canceller

  • Annulation de l’écho :
    Activer/désactiver l’annulation de l’écho. Il est possible de choisir l’annulation de l’écho entre des délais de 32, 64, 128 et 256 ms.
  • Formation à l’écho :
    Couper brièvement le son du canal, pendant 400 ms, au début d’une conversation, ce qui annule l’écho. (A n’utiliser que si l’option “Annulation de l’écho” ne fonctionne pas comme prévu).
  • Annulation d’écho lorsque ponté :
    Active l’annulation de l’écho en cas de pontage. En général, il n’est pas nécessaire, et en fait il n’est pas souhaitable, d’annuler l’écho lorsque le circuit est entièrement TDM.
  • Echo Canceller :
    Types d’annulateurs d’écho :
    • mg2
    • oslec
    • kb1
      ou aucun.

Jitterbuffer
Un Jitterbuffer stocke temporairement les paquets qui arrivent afin de minimiser les variations de délai. Si les paquets arrivent trop tard, ils sont rejetés. Un Jitterbuffer peut être mal configuré et être trop grand ou trop petit.e

  • Enable Jitterbuffer :
    Active l’utilisation d’un Jitterbuffer du côté de la réception d’un canal SIP. Un Jitterbuffer activé ne sera utilisé que si le côté émetteur peut créer de la Jitter et que le côté récepteur ne peut pas l’accepter. Le canal SIP peut accepter la Jitter, donc un Jitterbuffer sur le côté SIP de réception sera utilisé seulement s’il est forcé et activé.
  • Force Jitterbuffer :
    Faut-il forcer le Jitterbuffer.
  • Longueur max (ms) :
    Longueur maximale de la jitterbuffer en millisecondes.
  • Seuil de re-synchronisation :
    Resynchroniser le seuil de détection d’un changement dans le délai mesuré.
  • Mise en œuvre :
    Implémentation du Jitter buffer utilisé du côté de la réception d’un canal SIP. La valeur par défaut est “fixed”.
  • Rapport d’erreur :
    Active le Rapport d’erreur des trames du jitterbuffer. La valeur par défaut est “no”.

Indications de l’appel

  • Détection de sonnerie distinctive :
    Autorise ou non la détection de sonnerie distinctive sur les lignes FXO.
  • Occupé à détecter :
    Activation de l’écoute du bip-bip de détection d’occupation.
  • Compte occupé :
    Nombre de tonalités d’occupation à attendre avant de raccrocher. Des valeurs plus élevées réduisent la probabilité de raccrocher au hasard.
  • Cours de l’appel :
    Détecter facilement les faux raccrochages.
  • Immédiat :
    Le canal doit être répondu immédiatement ou le simple commutateur doit fournir une tonalité, lire les chiffres, etc.

Groupes d’appel

  • Groupe d’appel :
    Définir le groupe d’appel auquel l’extension appartient.
    (Semblable au groupe “Contexte”, mais cette option définit le groupe d’appel auquel l’extension appartient (plage autorisée : 0-63)).
  • Groupe de prise d’appels :
    Définit les groupe de prise d’appels comme étant autorisé à décrocher.
    (Semblable au regroupement ‘Contexte’, mais cette option permet de définir le poste des groupes d’appel comme étant autorisé à décrocher en composant ‘*8’).

Codecs

Définit les codecs que l’extension est autorisée à utiliser.

  • Support vidéo :
    Réglez cette option sur Oui pour activer la prise en charge de la vidéo SIP.
  • Trame automatique (RTP paquétisation) :
    Si le trame automatique est activé, le système choisira le niveau de paquetage en fonction des préférences des utilisateurs distants.

 

Provisionnement Automatique

  • Provisionnement Automatique :
    Activer le service de provisionnement automatique pour ce modèle particulier.
    (Par exemple, connecter l’UAD/Phone à PBXware sans aucun problème en fournissant l’adresse MAC de l’UAD/Phone (et en ajoutant éventuellement l’adresse IP statique de l’UAD/Phone et les détails du réseau)).
  • DHCP :
    Définir si l’UAD/Phone est sur une adresse DHCP ou une adresse IP statique.
    Réglez DHCP sur ‘Oui’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP dynamique ou DHCP sur ‘Non’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique. Si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique, vous devrez fournir plus de détails sur le réseau dans les champs ci-dessous.

Présence

  • Présence activée :

    La présence permet à l’UAD de s’abonner aux indications utilisées pour la BLF.

  • Présence Globale

Configuration supplémentaire

  • Modèle de provisionnement automatique général de l’agent utilisateur : 

    Modèle de provisionnement automatique général de l’agent utilisateur
    Ici, les utilisateurs peuvent définir une configuration personnalisée qui sera servie à tous les téléphones du même modèle.

  • Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur :

    Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur
    Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration SIP, IAX et MGCP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.
    Les variables suivantes peuvent être utilisées :

    • %EXT_NUMBER% – Numéro de l’extension
    • %EXT_NAME% – Nom de l’extension
    • %MAC_ADDRESS% – Adresse MAC de l’extension (le MAC de la demande de provisionnement automatique)
    • %WAN_IP% – Nom d’hôte WAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • LAN_IP% – Nom d’hôte LAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • %AUTH_USERNAME% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %AUTH_PASSWORD% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %VM_PIN% – PIN de la messagerie vocale de l’extension
    • %EXT_SECRET% – Secret du poste
    • %EXT_LABEL% – Label de l’extension
    • %EXT_TITLE% – Titre de l’extension

  • Configuration spécifique de l’agent utilisateur :

  • Options de composition
    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • T – Permet à l’utilisateur appelant de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous supprimez les informations relatives à la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ permet de passer à l’étape suivante et génère également des sonneries là où ce n’est probablement pas approprié.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne passe pas de son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est mutuellement exclusive avec l’option ‘r’. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement de l’identification de l’appelant d’Asterisk v1.0 (envoyer l’identification originale de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoyer le numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et plus : Saut à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x)
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion de l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond)
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR
    • P (x) – Utilise le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (contexte^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Joue une annonce (x.gsm) à l’intention de l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRES que l’appelé ait décroché.
    • d : – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF en attendant que l’appel soit pris et renvoie cette valeur sur le champ. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertir lorsqu’il reste “y” minutes, répéter toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (collé à partir de app_dial.c)
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (par défaut yes) – Joue des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Joue des sons pour l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si “y” est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est l’affichage d’un fichier d’avertissement (LIMIT_WARNING_FILE).
    • f – force l’identification de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTC n’autorisent pas l’identification de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre paramètre défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
    • W – Permet à l’utilisateur appelant de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
      IAX

IAX

General

  • Nom de l’appareil :
    Nom unique de l’appareil.
  • Mode DTMF :
    Une fréquence spécifique, composée de deux tonalités distinctes. Une tonalité spécifique est attribuée à chaque touche afin qu’elle puisse être facilement identifiée par un microprocesseur. Ce sont les tonalités générées sur le clavier de votre appareil téléphonique.
    (Par exemple, chaque téléphone a un “mode DTMF” différent. Par défaut, ce champ est rempli automatiquement pour les appareils pris en charge. Si vous ajoutez un autre UAD/téléphone, sélectionnez les options “inband”, “rfc2833” ou “info”).
  • Contexte :
    Chaque extension du système appartient à un certain contexte du système. Le contexte peut être décrit comme une collection/groupe d’extensions. Le contexte par défaut utilisé par PBXware est “default” et ne doit pas être utilisé par des extensions personnalisées.
  • Statut :
    Statut de l’appareil/présence sur le réseau
    (Par exemple, si ce champ est défini sur “Actif”, cet UAD/téléphone sera disponible par défaut dans la boîte de sélection “UAD” lors de l’ajout de nouvelles extensions).

Liaison réseau

  • NAT (Network Address Translation)

    Définissez la relation NAT Extension – PBXware appropriée.
    Si l’extension 1000 essaie de s’enregistrer auprès de PBXware à partir d’un site/réseau distant et que ce réseau est derrière un NAT, sélectionnez ici les paramètres NAT appropriés :

    • Oui – Toujours ignorer les informations et supposer qu’il s’agit de NAT
    • Non – Utiliser le mode NAT uniquement selon la norme RFC3581
    • Par défaut (rport) – ce paramètre impose le comportement RFC3581 et désactive le support RTP symétrique.
    • Comedia RTP – active le comportement RFC3581 si le côté distant le demande et active le support RTP symétrique.
  • Qualification(ms) :
    Intervalle de temps en millisecondes pendant lequel un ‘ping’ est envoyé à un UAD/téléphone ou à un trunk afin de connaître son état (en ligne/hors ligne).
    Dans PBXware 6.0, l’option ‘Qualification’ est réglée par défaut sur 8000 ms.
    (Par exemple, réglez cette option sur ‘2500’ pour envoyer un signal ping toutes les 2,5 secondes à l’UAD/au téléphone ou au tronc).

Propriétés d’appels

  • Indicatif téléphonique :
    Indicatif téléphonique à partir duquel l’UAD opère.
    (Par exemple, l’indicatif de New York – 212)
  • Temps de sonnerie (sec) :
    Temps de sonnerie de l’UAD/du téléphone. Il s’agit du temps en secondes pendant lequel l’UAD/Phone sonnera avant que l’appel ne soit considéré comme non répondu.
    (Par exemple, le temps en secondes pendant lequel l’UAD/Phone sonnera avant que l’appel ne soit considéré comme non répondu).
  • Options d’appel entrant :
    Options de numérotation avancées pour tous les appels entrants
    La valeur par défaut est 32s.
  • Options d’appel sortant :
    Options de numérotation avancées pour tous les appels sortants. La valeur par défaut est vide.

Canaux

  • Limite entrant :
    Nombre maximum d’appels entrants.
  • Limite sortante :
    Nombre maximum d’appels sortants.
  • Appliquer le niveau occupé pour les appels entrants :
    Indique si le niveau d’occupation sera appliqué lorsque le nombre maximal d’appels entrants simultanés est atteint.
  • Destination occupée pour les appels entrants :
    D :éfinir l’extension/le numéro où l’appel sera redirigé si le niveau d’occupation est appliqué.
  • Occupé destination boite vocale :
    Sélectionnez “oui” si vous souhaitez que la messagerie vocale soit une destination occupée.
  • Pas de transfert :
    Désactiver le transfert IAX natif.
  • Envoi ANI :
    ANI – Identification automatique du numéro
    L’ANI (“super” identification de l’appelant) doit-il être envoyé par l’intermédiaire de ce fournisseur ?
  • Compte SIP :
    Utiliser le trunking IAX2 avec cet hôte

Authentification

  • Méthode d’authentification :
    Méthode d’authentification requise par le fournisseur
    • none – n’utilise pas d’authentification
    • plaintext – utilise un texte en clair comme moyen d’authentification
    • md5 – utilise un arrangement de somme md5 défi/réponse, mais exige toujours que les deux parties aient accès au secret en texte clair.
    • rc4
    • rsa – permet une connaissance unidirectionnelle du secret par le biais de clés publiques/privées. Si l’authentification “rsa” est utilisée, “inkeys” est une liste de clés publiques acceptables sur le système local qui peuvent être utilisées pour authentifier l’homologue distant, séparées par le caractère ” :”.

Codecs

Définit les codecs que l’extension est autorisée à utiliser. N/A signifie “non autorisé”.

 

Provisionnement Automatique

  • Provisionnement Automatique :
    Activer le service d’approvisionnement automatique pour ce modèle particulier.
    (Par exemple, connecter l’UAD/Phone à PBXware sans aucun problème en fournissant l’adresse MAC de l’UAD/Phone (et en ajoutant éventuellement l’adresse IP statique de l’UAD/Phone et les détails du réseau)).
  • DHCP :
    Définir si l’UAD/Phone est sur une adresse DHCP ou une adresse IP statique.
    Réglez DHCP sur ‘Oui’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP dynamique ou DHCP sur ‘Non’ si l’UAD/Phone est sur une adresse IP statique. Si l’adresse IP est statique, vous devrez fournir plus de détails sur le réseau dans les champs ci-dessous.

Présence

  • Présence activée :
    La présence permet à l’UAD de souscrire à des indices qui sont utilisés pour la BLF.
  • Présence globale

Additional Config
Additional configuration for Auto Provisioning on the following pages can use template variables :

  • Modèle d’approvisionnement automatique général de l’agent utilisateur :

    Ici, les utilisateurs peuvent définir une configuration personnalisée qui sera servie à tous les téléphones du même modèle.

  • Modèle de provisionnement automatique de l’agent utilisateur :

    Cette option est utilisée pour fournir des paramètres de configuration supplémentaires pour les fichiers de configuration SIP, IAX et MGCP. Les valeurs fournies ici seront écrites dans ces fichiers de configuration.

Les variables suivantes peuvent être utilisées :

    • %EXT_NUMBER% – Numéro de l’extension
    • %EXT_NAME% – Nom de l’extension
    • %MAC_ADDRESS% – Adresse MAC de l’extension (le MAC de la demande de provisionnement automatique)
    • %WAN_IP% – Nom d’hôte WAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • LAN_IP% – Nom d’hôte LAN/IP défini dans Serveurs > Modifier
    • %AUTH_USERNAME% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %AUTH_PASSWORD% – Nom d’utilisateur HTTP
    • %VM_PIN% – PIN de la messagerie vocale de l’extension
    • %EXT_SECRET% – Secret du poste
    • %EXT_LABEL% – Label de l’extension
    • %EXT_TITLE% – Titre de l’extension
  • Configuration spécifique de l’agent utilisateur :

  • Options de composition
    • t – Permet à l’utilisateur appelé de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • T – Permet à l’utilisateur appelant de transférer l’appel en appuyant sur #.
    • r – Génère une sonnerie pour l’appelant et ne transmet aucun son au(x) canal(aux) appelé(s) jusqu’à ce que l’un d’eux réponde. Utilisez cette option avec précaution et ne l’insérez pas par défaut dans toutes vos instructions de numérotation, car vous supprimez les informations relatives à la progression de l’appel pour l’utilisateur. Vous n’avez probablement pas besoin d’utiliser cette fonction. Asterisk génère automatiquement des sonneries lorsqu’il est approprié de le faire. ‘r’ permet de passer à l’étape suivante et génère également des sonneries là où ce n’est probablement pas approprié.
    • R – Indique une sonnerie à l’appelant lorsque l’appelé indique qu’il sonne, mais ne passe pas de son jusqu’à ce qu’il réponde. Cette option n’est disponible que si vous utilisez le logiciel bristuff de kapejod.
    • m – Fournit une musique d’attente à l’appelant jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel. Cette option est mutuellement exclusive avec l’option ‘r’. Utilisez m(class) pour spécifier une classe pour la musique d’attente.
    • o – Restaure le comportement de l’identification de l’appelant d’Asterisk v1.0 (envoyer l’identification originale de l’appelant) dans Asterisk v1.2 (par défaut : envoyer le numéro de cette extension).
    • j – Asterisk 1.2 et plus : Saut à la priorité n+101 si tous les canaux demandés sont occupés (comme dans Asterisk 1.0.x)
    • M (x) – Exécute la macro (x) lors de la connexion de l’appel (c’est-à-dire lorsque l’appelé répond)
    • h – Permet à l’appelé de raccrocher en composant *
    • H – Permet à l’appelant de raccrocher en composant *.
    • C – Réinitialise le CDR (Call Detail Record) pour cet appel. Cela revient à utiliser la commande NoCDR
    • P (x) – Utilise le gestionnaire de confidentialité, en utilisant x comme base de données (x est facultatif).
    • g – Lorsque l’appelé raccroche, quitter pour exécuter d’autres commandes dans le contexte actuel.
    • G (contexte^exten^pri) – Si l’appel est pris, les deux interlocuteurs sont transférés à la priorité spécifiée. L’appelant est transféré à la priorité x et l’appelé à la priorité x+1.
    • A (x) – Joue une annonce (x.gsm) à l’intention de l’appelé.
    • S (n) – Raccrocher l’appel n secondes APRES que l’appelé ait décroché.
    • d : – Cet indicateur l’emporte sur l’indicateur ‘H’ et intercepte tout DTMF en attendant que l’appel soit pris et renvoie cette valeur sur le champ. Cela vous permet de composer un numéro d’extension de sortie à un chiffre en attendant que l’appel soit pris – voir aussi RetryDial.
    • D (chiffres) – Après que l’appelé a répondu, envoyer les chiffres sous forme de flux DTMF, puis connecter l’appel au canal d’origine.
    • L (x[:y][:z]) – Limiter l’appel à “x” minutes, avertir lorsqu’il reste “y” minutes, répéter toutes les “z” minutes). Seul “x” est obligatoire, “y” et “z” sont facultatifs. Les variables spéciales suivantes sont facultatives pour les appels limités : (collé à partir de app_dial.c)
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLER – yes|no (par défaut yes) – Joue des sons à l’appelant.
    • + LIMIT_PLAYAUDIO_CALLEE – yes|no – Joue des sons pour l’appelé.
    • + LIMIT_TIMEOUT_FILE – Fichier à lire lorsque le temps est écoulé.
    • + LIMIT_CONNECT_FILE – Fichier à lire au début de l’appel.
    • + LIMIT_WARNING_FILE – Fichier à lire en tant qu’avertissement si “y” est défini. Si LIMIT_WARNING_FILE n’est pas défini, le comportement par défaut est l’affichage d’un fichier d’avertissement (LIMIT_WARNING_FILE).
    • f – force l’identification de l’appelant à être définie pour l’extension de la ligne émettant/redirigeant l’appel sortant. Par exemple, certains RTC n’autorisent pas l’identification de l’appelant pour des extensions autres que celles qui vous sont attribuées.
    • w – Permet à l’utilisateur appelé de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre paramètre défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
    • W – Permet à l’utilisateur appelant de commencer l’enregistrement après avoir appuyé sur *1 ou tout autre élément défini dans features.conf, nécessite Set(DYNAMIC_FEATURES=automon)
      IAX

DAHDI

DAHDI General

  • Nom de l’appareil :

    Nom unique de l’appareil.

  • Canaux :

    Quels sont les canaux de cartes utilisés ?

  • Langue :

    Langue par défaut.

  • Statut :

    Statut de l’appareil/présence sur le réseau
    (Par exemple, si ce champ est défini sur “Actif”, cet UAD/téléphone sera disponible par défaut dans la boîte de sélection “UAD” lors de l’ajout de nouvelles extensions).

  • Signalisation :

    Méthode de signalisation
    Choix possibles :

    • E&M
    • E&M Wink
    • FXS Loopstart
    • FXS Groundstart
    • FXS Kewlstart
    • FXO Loopstart
    • FXO Groundstart
    • FXO Kewlstart
    • PRI CPE side
    • PRI Network side
    • BRI Network side
    • BRI CPE PTMP
    • BRI Network PTMP
  • Numéro de test :

    Ce numéro est utilisé pour la surveillance des trunks dans Superviser-> Trunks Réglages->Superviser Trunks.

  • Musique d’attente :

    Sélectionnez la classe de musique à utiliser pour la musique d’attente. Si elle n’est pas spécifiée, c’est la valeur “par défaut” qui sera utilisée.

  • Boîte vocale :

    Définir un contexte de messagerie vocale.
    (par exemple 1234, 1234@contexte)

  • Méthode de groupe :

    Elle spécifie le groupe à composer et la manière de choisir un canal à utiliser dans le groupe spécifié. Les quatre options possibles sont les suivantes :

    • g : sélectionne le canal DAHDI non occupé le plus bas (alias groupe de recherche séquentiel ascendant).
    • G : sélectionne le canal DAHDI non occupé le plus élevé (alias groupe de recherche séquentiel descendant).
    • r : utiliser une recherche round-robin, en commençant par le canal suivant le plus élevé par rapport à la dernière fois (alias groupe de recherche rotatif ascendant).
    • R : utiliser une recherche round-robin, en commençant par le canal le plus bas suivant par rapport à la dernière fois (alias groupe de chasse rotatif descendant).

Span

  • Numéro de span :
    Numéro de span.
  • Timing span :
    Comment synchroniser les dispositifs de synchronisation
    Exemple :
    • 0 – ne pas utiliser cette plage de représentation comme source de synchronisation
    • 1 – utiliser comme source de synchronisation primaire
    • 2 – comme source secondaire, et ainsi de suite
  • Line Build Out :
    Longueur du dernier tronçon de la connexion. La valeur est fixée à zéro si la longueur est inférieure à 133 pieds.
    Exemple :
    • 0 db (CSU) / 0-133 pieds (DSX-1)
    • 133-266 pieds (DSX-1)
    • 266-399 pieds (DSX-1)
    • 399-533 pieds (DSX-1)
    • 533-655 pieds (DSX-1)
    • -7,5db (CSU)
    • -15db (CSU)
    • -22,5db (CSU)
  • Framing :
    Comment communiquer avec le matériel à l’autre bout de la ligne.
    Exemple :
    • Pour T1 : La trame est l’une des suivantes : d4 ou esf.
    • Pour E1 : la trame est l’une des suivantes : cas ou ccs.
  • Coding :
    Comment coder la communication avec le matériel de l’autre extrémité de la ligne.
    Exemple :
    • Pour T1 : le codage est ami ou b8zs.
    • Pour E1 : le codage est l’un des suivants : ami ou hdb3 (E1 peut également avoir besoin d’une crc).
  • Jaune :
    Indique si l’alarme jaune est transmise lorsqu’aucun canal n’est ouvert.

Dynamic Span

  • Dynamic span driver :

    Le nom du pilote (par exemple eth)

  • Dynamic span address :

    Adresse spécifique au pilote (comme un MAC pour eth).

  • Dynamic span channels :

    Nombre de canaux.

  • Dynamic span channels :
    Définit la priorité de synchronisation, comme pour une plage normale. Utilisez “0” pour ne pas l’utiliser comme source de synchronisation, ou donnez-leur la priorité en tant que source primaire, secondaire, etc.

Echo Canceller

  • Annulation de l’écho :
    Activer/désactiver l’annulation de l’écho. Il est possible de choisir l’annulation de l’écho entre des délais de 32, 64, 128 et 256 ms.
  • Formation à l’écho :
    Couper brièvement le son du canal, pendant 400 ms, au début d’une conversation, ce qui annule l’écho. (A n’utiliser que si l’option “Annulation de l’écho” ne fonctionne pas comme prévu).
  • Annulation d’écho lorsque ponté :
    Active l’annulation de l’écho en cas de pontage. En général, il n’est pas nécessaire, et en fait il n’est pas souhaitable, d’annuler l’écho lorsque le circuit est entièrement TDM.
  • Echo Canceller :
    Types d’annulateurs d’écho :
    • mg2
    • oslec
    • kb1
      ou aucun.

Jitterbuffer
Un Jitterbuffer stocke temporairement les paquets qui arrivent afin de minimiser les variations de délai. Si les paquets arrivent trop tard, ils sont rejetés. Un Jitterbuffer peut être mal configuré et être trop grand ou trop petit.e

  • Enable Jitterbuffer :
    Active l’utilisation d’un Jitterbuffer du côté de la réception d’un canal SIP. Un Jitterbuffer activé ne sera utilisé que si le côté émetteur peut créer de la Jitter et que le côté récepteur ne peut pas l’accepter. Le canal SIP peut accepter la Jitter, donc un Jitterbuffer sur le côté SIP de réception sera utilisé seulement s’il est forcé et activé.
  • Force Jitterbuffer :
    Faut-il forcer le Jitterbuffer.
  • Longueur max (ms) :
    Longueur maximale de la jitterbuffer en millisecondes.
  • Seuil de re-synchronisation :
    Resynchroniser le seuil de détection d’un changement dans le délai mesuré.
  • Mise en œuvre :
    Implémentation du Jitter buffer utilisé du côté de la réception d’un canal SIP. La valeur par défaut est “fixed”.
  • Rapport d’erreur :
    Active le Rapport d’erreur des trames du jitterbuffer. La valeur par défaut est “no”.

Indications de l’appel

  • Détection de sonnerie distinctive :
    Autorise ou non la détection de sonnerie distinctive sur les lignes FXO.
  • Occupé à détecter :
    Activation de l’écoute du bip-bip de détection d’occupation.
  • Compte occupé :
    Nombre de tonalités d’occupation à attendre avant de raccrocher. Des valeurs plus élevées réduisent la probabilité de raccrocher au hasard.
  • Cours de l’appel :
    Détecter facilement les faux raccrochages.
  • Immédiat :
    Le canal doit être répondu immédiatement ou le simple commutateur doit fournir une tonalité, lire les chiffres, etc.

Groupes d’appel

  • Groupe d’appel :
    Définir le groupe d’appel auquel l’extension appartient.
    (Semblable au groupe “Contexte”, mais cette option définit le groupe d’appel auquel l’extension appartient (plage autorisée : 0-63)).
  • Groupe de prise d’appels :
    Définit les groupe de prise d’appels comme étant autorisé à décrocher.
    (Semblable au regroupement ‘Contexte’, mais cette option permet de définir le poste des groupes d’appel comme étant autorisé à décrocher en composant ‘*8’).

Fonctionnalités gloCOM

Sélectionner les fonctionnalités de gloCOM qui doivent être activées et disponibles pour les utilisateurs d’un tenant spécifique.

Vous pouvez consulter ici la liste des caractéristiques de gloCOM :

  • Réactions aux messages
  • Créer un groupe partagé
  • Mentionner quelqu’un
  • Info du message
  • Supprimer des messages
  • Supprimer des sessions
  • Ajouter des participants à un groupe
  • Créer un groupe
  • Répondre à un message
  • Message vocal
  • Message fichier
  • Messages textuels
  • Quitter un groupe
  • Supprimer d’un groupe
  • En train d’écrire…
  • Rendre un groupe muet
  • Épingler une session
  • Réorganiser les sessions épinglées
  • Marquer session non lue
  • Épingler un message
  • Renommer un groupe
  • Assigner en admin

Composition rapide

La numérotation rapide est utilisée avec le code d’accès *130. Lorsque vous composez *130XX, où XX est un code de numérotation rapide, vous composez l’extension associée à ce code.

  • Déposer un CSV :
    Cliquez sur ce bouton pour charger la configuration des codes de numérotation rapide à partir d’un fichier CSV.
    Pour voir quels champs doivent être définis, téléchargez le modèle CSV en cliquant sur le bouton “Télécharger le modèle CSV”.
  • Télécharger le CSV :
    Cliquez sur ce bouton pour télécharger la configuration des codes de numérotation rapide sous la forme d’un fichier CSV.
  • Télécharger le modèle CSV :
    Le bouton Télécharger le modèle CSV vous présentera un fichier qui contient déjà les en-têtes nécessaires, ce qui devrait vous aider à créer le fichier CSV plus facilement.
  • Recherche :
    La recherche s’effectue par code et par nom de numérotation rapide.

Cet écran contient des informations sur tous les codes de numérotation rapide du système avec les informations suivantes :

  • Code (XXX) :
    Code à trois chiffres maximum qui est saisi après le code d’accès à la numérotation rapide, *130 par défaut.
  • Nom du Speedial :
    Brève description de la destination vers laquelle ce code pointe.
  • Destination :
    Destination vers laquelle ce code pointe.
  • Cliquez sur pour modifier la configuration du code de numérotation rapide.
  • Cliquez sur pour supprimer le code de numérotation rapide du système.

Ajouter/modifier un code de composition spécial

  • Code(XXX) :
    Code saisi après le code d’accès à la numérotation rapide.
  • Nom :
    Brève description de la destination vers laquelle ce code pointe.
  • Destination :
    Destination vers laquelle ce code pointe.

Routage CLI

Cette option permet d’ajouter des règles qui envoient les appels vers différentes destinations en fonction de l’ID de l’appelant. Par exemple, si l’ID de l’appelant commence par 203, vous pouvez envoyer tous les appels à la SVI, si l’ID de l’appelant est spécifiquement le numéro 063456789, alors envoyez cet appel à l’extension 4444 etc…

  • Déposer CSV :
    Cliquez sur ce bouton pour déposer la configuration du routage CLI à partir d’un fichier csv.
  • Télécharger CSV :
    Cliquez sur ce bouton pour télécharger la configuration du routage CLI dans un fichier csv.
  • Télécharger le modèle CSV :
    Le bouton Télécharger le modèle CSV vous présentera un fichier qui contient déjà les en-têtes nécessaires pour vous aider à créer un fichier CSV plus facilement.
  • Recherche :
    La recherche s’effectue par ID de l’appelant.

Cet écran affiche toutes les règles de routage CLI configurées sur le système avec les options suivantes :

  • ID de l’appelant :
    L’ID de l’appelant qui est pris en compte dans la règle.
  • Destination :
    Type de destination vers laquelle l’appel sera dirigé.
  • Extension :
    Extension de la destination ou de la sélection où l’appel doit être acheminé.
  • Correspond au type :
    Mode de correspondance de l’ID de l’appelant.
    (Par exemple, si nous réglons l’option Correspondance explicite sur “oui”, il sera écrit “Explicit Match”. Si cette option est réglée sur ‘Non’ ou ‘Non défini’, il sera écrit ici ‘Begins With’).
  • Modifier : Modifie la configuration du routage CLI.
  • Supprimer : Supprime la règle de routage CLI du système.

Ajouter/modifier une règle de routage CLI

  • ID de l’appelant :
    L’ID de l’appelant qui est pris en compte dans la règle.
  • Destination :
    Type de destination vers laquelle l’appel sera dirigé.
  • Extension :
    Valeur de la destination ou de la sélection à laquelle l’appel doit aboutir.
  • Correspondance explicite :
    Le système doit-il faire correspondre explicitement l’identification de l’appelant ou traiter tous les appels qui commencent par cette identification.

Messagerie vocale

Les appels sont déviés vers la messagerie vocale lorsque l’utilisateur n’est pas disponible, que le téléphone est éteint ou qu’un appel est transféré vers une messagerie vocale par l’utilisateur. Le téléphone avertit l’utilisateur de la réception d’un message.

Une fois que l’utilisateur est transféré vers la boîte vocale du correspondant, le message “Veuillez laisser un message détaillé après la tonalité. Si vous souhaitez parler à l’opérateur, appuyez sur 0”.

L’utilisateur a deux options :

  1. laisser un message vocal qui se termine en appuyant sur la touche # ou en raccrochant.
  2. joindre un opérateur en composant le 0.

Si le 0 est composé, le message “Appuyez sur le 1 pour accepter cet enregistrement, sinon continuez à attendre” sera entendu.

 

 

Boîte vocale générale

Les champs généraux sont les plus nécessaires pour la messagerie vocale.

  • Format :
    Format audio dans lequel les messages vocaux sont enregistrés
    (Par exemple, si “wav” est sélectionné ici, tous les messages vocaux seront enregistrés dans ce format. Voir ci-dessous pour l’utilisation du disque).
  • Durée maximale d’enregistrement (sec) :
    Durée maximale d’un message vocal en secondes
    (Par exemple, ce champ est réglé par défaut sur ‘180’ secondes (3 minutes).
  • Durée minimale d’enregistrement (sec) :
    Durée minimale d’un message vocal en secondes
    (Par exemple, la valeur par défaut est fixée à “3” secondes. Les messages d’une durée inférieure sont rejetés).
  • Durée maximum de salutation (sec) :
    Durée maximale en secondes du message de salutation de la messagerie vocale enregistré par l’utilisateur.
    (par exemple, les valeurs par défaut sont fixées à 60 secondes).
  • Max secondes de silence :
    Durée maximale en secondes du silence dans un message vocal
    (Par exemple, la valeur par défaut est fixée à “10” secondes. Un silence plus long que cette valeur mettra fin au message vocal).
  • Seuil de silence :
    Seuil de détection du silence
    (Par exemple, la valeur par défaut est fixée à “128”. Plus le chiffre est élevé, plus le bruit de fond est ajouté).
  • Délai de la messagerie vocale (sec) :
    Délai d’un certain nombre de secondes avant de demander le mot de passe à l’utilisateur
    (Par exemple, si vous entendez un fichier sonore partiel demandant à l’utilisateur son mot de passe, réglez ici ‘1’ ou ‘2’ pour ajouter une ou deux secondes de silence avant que le fichier sonore ne soit joué).
  • Max des fichiers par répertoire :
    Nombre maximal de messages vocaux par répertoire de messagerie vocale.
    (Par exemple, chaque boîte vocale possède les répertoires suivants (INBOX, Old, Work, Family, Friends, Cust1, Cust2, Cust3, Cust4, Cust5). Réglez ce champ sur ‘100’ pour autoriser 100 messages vocaux par répertoire vocal).
  • Longueur du PIN Minimum :
    Définit la longueur minimale du code PIN utilisé pour la messagerie vocale.
  • Longueur du PIN Maximum :
    Définit la longueur maximale du code PIN utilisé pour la messagerie vocale.
  • Taille de file d’attente du processeur de tâches :
    Définit la taille maximale de la file d’attente pour le processeur de tâches de messagerie vocale.

Espace disque utilisé par l’enregistrement de la messagerie vocale

Avec tonalité continue pendant 60 secondes :

  • wav49 = 91.0ko
  • wav = 863.0ko
  • gsm = 91.0ko

Avec une tonalité silencieuse continue (sans son) pendant 60 secondes :

  • wav49 = 0.38ko
  • wav = 3.0ko
  • gsm = 0.32ko

Paramètres du compte email

Personnaliser l’affichage des courriels qui informent les utilisateurs de l’arrivée de nouveaux messages vocaux.

  • Serveur de mail :
    Cette adresse électronique est utilisée pour identifier la personne qui a envoyé le message.
  • Envoyer la pièce jointe :
    Envoyer le message vocal en pièce jointe à l’e-mail de l’utilisateur.
    (Par exemple, lorsque B reçoit un nouveau message vocal, si cette option est réglée sur “Oui”, le fichier sonore du message sera joint à l’e-mail de notification du nouveau message vocal).
  • Passer [PBX]: dans le sujet :
    Définit si “PBX” doit être ignoré dans le titre de la boîte vocale.
    (Par exemple, si le paramètre est réglé sur “Non”, “Sujet : [PBX’] : Nouveau message M dans la boîte aux lettres B” sera affiché dans la ligne d’objet de l’e-mail).
  • Convertir en MP3 :
    Indiquer si les messages vocaux doivent être convertis au format mp3 lorsqu’ils sont envoyés par courrier électronique.
  • Jeu de caractères :
    Jeu de caractères utilisé par PBXware.
    Pour afficher correctement une page HTML, un navigateur web doit savoir quel jeu de caractères utiliser.

Lancement d’application

Lancer des applications personnalisées sur certaines actions de messagerie vocale.

  • Sur Messagerie vocale :
    Exécuter une application personnalisée lors de la réception d’un nouveau message vocal.
    (Par exemple, définir ce champ à ‘/usr/bin/myapp’ pour exécuter l’application ‘myapp’ à l’arrivée d’un nouveau message vocal)
  • Sur changement de mot de passe :
    Exécutez une application personnalisée lorsque le mot de passe de votre boîte vocale est modifié.
    (Par exemple, définissez ce champ à ‘/usr/bin/myapp’ pour exécuter l’application ‘myapp’ lorsque le mot de passe de votre boîte vocale est modifié.)

ADSI

  • ADSI Numéro de fonctionnalité :
    Numéro du descripteur de caractéristique ADSI à télécharger.
  • ADSI Code de la sécurité :
    Le code de sécurité ADSI.
  • ADSI Version de l’application :
    Numéro de version de l’application de messagerie vocale ADSI.

Menu principal de messagerie vocale

  • Lire la date & l’heure du message :
    Annonce la date et l’heure ainsi que le numéro de poste à partir duquel le message a été enregistré.
    (Par exemple, lorsque la boîte vocale est cochée pour les nouveaux messages, si cette option est réglée sur “Oui”, le message “Reçu à {$DATE}. Le numéro de téléphone {$NUMBER}” sera diffusé, donnant plus de détails sur l’auteur du message).
  • Dire l’ID de l’appelant :
    Annoncer le numéro de l’extension à partir de laquelle le message vocal a été enregistré.
    (Par exemple, si cette option est réglée sur “Oui”, le message “Du numéro de téléphone {$NUMBER}” sera entendu lors de la consultation de la messagerie vocale).
  • Sauter ms lors de la lecture :
    Intervalle en millisecondes à utiliser pour sauter en avant ou en arrière pendant la lecture d’un message vocal.
    (Par exemple, si ce champ est réglé sur ‘3000’, lors de l’écoute d’un message vocal, il y aura un saut de 3 secondes lors du retour en arrière ou de l’avance rapide).
  • Nombre maximum de tentatives de connexion :
    Nombre maximal de tentatives de connexion avant que l’utilisateur ne soit déconnecté.
    (Par exemple, ce champ est défini par défaut sur “3”. Après 3 tentatives de connexion infructueuses, l’utilisateur est déconnecté).
  • Sur Supprimer, lire le message suivant :
    Après la suppression d’un message vocal, le système doit-il lire automatiquement le message suivant de la boîte vocale ?
    (Par exemple, sélectionnez “Oui” pour écouter automatiquement le message vocal suivant après avoir supprimé l’ancien).

Fonctionnalités avancées

  • Autoriser le mode révision :
    Permet à B de réviser le message vocal avant de l’enregistrer définitivement dans la boîte vocale de A.
    Exemple :
    B laisse un message sur la boîte vocale de A, mais au lieu de raccrocher, il appuie sur ‘#’. Trois options sont proposées à B :
    • Appuyer sur 1 pour accepter cet enregistrement.
    • Appuyer sur 2 pour l’écouter.
    • Appuyez sur 3 pour réenregistrer votre message.
  • Autoriser l’opérateur :
    Permet à B de joindre un opérateur à partir de la boîte vocale.
    Exemple :
    B laisse un message sur la boîte vocale de A, mais au lieu de raccrocher, B appuie sur ‘#’.
    Le message “Appuyez sur 0 pour joindre un opérateur” est diffusé (une fois que l’utilisateur a appuyé sur “0”, les options suivantes lui sont proposées) :
    • Appuyez sur 1 pour accepter cet enregistrement (si cette option est sélectionnée, le message “Votre message a été enregistré.
    • Veuillez patienter pendant que j’essaie de joindre cette extension” est diffusé et le numéro de l’opérateur est composé)
      Ou continuer à attendre (si B attend un moment, “Message supprimé. Veuillez patienter pendant que j’essaie cette extension” est diffusé et le numéro de l’opérateur est composé)
  • Envoyer le message vocal :
    Modifier le contexte d’envoi des messages vocaux
    (Par exemple, sélectionnez “Oui” pour activer et fournir de nouvelles valeurs aux champs “Contexte de numérotation” et “Contexte de rappel”).
  • Gain (volume) :
    Définissez le gain que vous souhaitez appliquer aux enregistrements de la messagerie vocale.
    (Par exemple, entrez 2 pour amplifier les enregistrements).
  • Contexte de appel sortant :
    Contexte à partir duquel la numérotation doit être effectuée
    (par exemple, définir ce champ sur “fromvm”).
  • Contexte de rappel :
    Contexte à rappeler
    (Par exemple, attribuez à ce champ la valeur “tomv”. Si ce champ n’est pas renseigné, le rappel de l’expéditeur ne sera pas autorisé).
  • Autoriser le menu de messagerie vocale (via *) :
    Permet à l’appelant d’accéder au menu de la messagerie vocale en composant *.
    (Par exemple, lorsque vous appelez la boîte vocale d’une extension pour laisser un message, le fait d’appuyer sur * vous permet d’accéder à la boîte vocale de l’extension).
  • Permettre la messagerie vocale Appel sortant et rappel :
    Permet à l’appelant d’utiliser la fonction d’appel et de rappel de la messagerie vocale à partir du menu de la messagerie vocale en entrant le code PIN de l’extension.
  • Fuseau horaire :
    Fuseau horaire que le système utilisera pour informer les utilisateurs de la réception d’un message vocal. Le fuseau horaire sélectionné ici sera également utilisé pour configurer le fuseau horaire des dispositifs à provisionnement automatique.
  • Lorsque vous cliquez sur ce bouton, une nouvelle fenêtre s’ouvre avec des options permettant de configurer les fuseaux horaires.

Modifier des fuseaux horaires

  • Fuseau horaire :
    Nom du fuseau horaire
    (par exemple, Bosnie-Herzégovine).
  • Cliquez pour modifier la configuration du fuseau horaire.
  • Cliquez sur pour supprimer un fuseau horaire du système.

Ajouter/modifier des fuseaux horaires

  • Nom :
    Nom unique du fuseau horaire
    (Par exemple, le nom fourni ici sera visible lors du réglage du fuseau horaire de la messagerie vocale. Tapez ‘Zenica’ ici par exemple).
  • Fuseau horaire :
    Définissez le fuseau horaire correct
    (Par exemple, si vous avez défini ‘Nom’=’Zenica’ (une ville en Bosnie), sélectionnez ici le fuseau horaire le plus proche de Zenica (par exemple ‘Europe/Sarajevo’)).
  • Format de l’heure :
    Définir le format de l’heure approprié :
    Exemple :
    En fonction du “fuseau horaire” sélectionné, vous avez le choix entre les options suivantes :
    • Horloge 12 heures
    • Horloge 12 heures avec minutes
    • Horloge 12 heures AM/PM
    • Horloge 12 heures
    • AM/PM, y compris les minutes
    • Horloge 24 heures
    • Horloge 24 heures, y compris les minutes
    • Syntaxe AM/PM 12 heures
    • Syntaxe néerlandaise
    • Syntaxe allemande
    • Syntaxe grecque
    • Syntaxe italienne
    • Syntaxe norvégienne
    • Syntaxe suédoise
  • Format de date :
    Définir le format de date correct
    Exemple :
    En fonction du “fuseau horaire” sélectionné, vous avez le choix entre les options suivantes
    • Mois/Jour/Année
    • Jour de la semaine/Mois/Jour/Année
    • Jour/Mois/Année
    • Jour de la semaine/Jour/Mois/Année
  • Son personnalisé :
    Ce fichier est joué avant l’heure d’arrivée de la messagerie vocale
    (Par exemple, entrez le nom du fichier sonore, sans l’extension (par exemple, ‘arlington’) ici)

 

Transcription

  • Activer le service :
    Si la transcription sera activée.
  • Transcription par défaut :
    Cette option détermine si la transcription est activée par défaut sur toutes les extensions.
  • Service :
    Choisissez le service qui sera utilisé pour la conversion de la voix en texte pour les messages vocaux.

IBM Watson

  • URL :
    Endpoint avec lequel le système communiquera.
  • Clé API :
    Clé API utilisée pour l’authentification.
  • Langue :
    Langue attendue par le service de traduction (langue dans laquelle le fichier audio doit être rédigé).

Google Speech

  • Clé API :
    Clé API utilisée pour l’authentification.
  • Langue :
    Langue attendue par le service de traduction (langue dans laquelle le fichier audio doit être rédigé)

Acquisition de titres de service

IBM Watson

Pour obtenir les informations d’identification du service de synthèse vocale d’IBM Watson, vous devez disposer d’un compte IBM Cloud (un compte gratuit fonctionne également, mais limite le nombre de requêtes possibles). Après vous être connecté à votre compte IBM Cloud, sélectionnez Watson dans le menu qui s’ouvre après avoir cliqué sur le bouton situé dans le coin supérieur gauche :

Dans la page qui s’ouvre sous Watson Services, sélectionnez Browse Services (2). Parmi les services proposés, sélectionnez Speech to text (2) puis cliquez sur le bouton Add Service (3).

Sur la page suivante, sous Nom du service, entrez le nom du projet (1). Sélectionnez ensuite le groupe de ressources (2), si plusieurs sont disponibles, ainsi que la région de déploiement (3).

Vous pouvez également ajouter une étiquette facultative à votre projet (4).

Une fois ces options remplies, faites défiler la page jusqu’en bas, où vous sélectionnerez votre plan tarifaire (1) et cliquerez sur Créer (2) pour créer votre projet.

Une fois le projet créé, allez à la page d’identification du projet (1).

Il y aura un ensemble d’identifiants générés automatiquement à utiliser ou de nouveaux identifiants peuvent être créés en appuyant sur le bouton New Credentials (1).

Pour utiliser les informations d’identification personnalisées ou générées automatiquement, cliquez sur Afficher les informations d’identification (2).

Si de nouvelles informations d’identification sont créées, la fenêtre suivante s’affiche et vous permet de saisir le nom (1) et le rôle (2) de l’information d’identification.

En option, l’ID du titre de service (2) et les paramètres de configuration (4) peuvent être ajoutés.
Une fois les champs obligatoires remplis, appuyez sur Ajouter (5).

Une fois qu’un identifiant de service est ouvert à la visualisation, seuls deux champs sont nécessaires pour la transcription de la messagerie vocale : apikey (1) et url (2).

Google Speech

Connectez-vous à google cloud console avec un compte existant. Dans le menu de gauche, sélectionnez API et services :

Cliquez sur Library ou sur ENABLE APIS AND SERVICES :

À partir de là, recherchez manuellement l’API Google Cloud Speech ou utilisez le champ de recherche et sélectionnez-la. Sur la page Google Cloud Speech API, cliquez sur le bouton d’activation :

Après avoir activé l’API, appuyez sur le bouton MANAGE qui a remplacé le bouton d’activation. Sur la page de gestion, allez à la section Credentials (1) et appuyez sur Create credentials (2) et sélectionnez API key (3) :

Une fenêtre pop-up contenant la clé générée apparaîtra. Appuyez sur l’icône de copie (1) pour copier la clé API nécessaire à cette fonctionnalité. Certaines restrictions peuvent être placées sur des clés individuelles (adresse IP, applications ios/android..) en appuyant sur le bouton REStRICT KEY (2).

Les clés déjà créées sont accessibles à partir de la même page dans la section des clés API (il se peut que le site doive être actualisé pour que les clés s’affichent). La restriction IP est recommandée et peut être définie en sélectionnant les adresses IP (1) dans la section Restriction de la clé des options de la clé API. Les adresses sont ajoutées séparément en les tapant dans le champ de saisie de l’adresse IP (2) et en appuyant sur Entrée pour confirmer chacune d’entre elles. Les adresses déjà ajoutées s’affichent au-dessus du champ de saisie (3), où elles peuvent être modifiées ou supprimées en effaçant le contenu des lignes ou en appuyant sur le bouton x approprié (4).

Usedge

La transcription peut être ajoutée dans le modèle d’e-mail de messagerie vocale comme indiqué ci-dessous.

Afin de faciliter l’utilisation de cette fonctionnalité, le modèle HTML par défaut a été mis à jour, ajoutant une ligne supplémentaire avec la transcription. Cette ligne sera omise si aucune transcription n’est disponible. Une option supplémentaire a été ajoutée à tous les modèles de courrier électronique, qui permet de rétablir le modèle par défaut. Cette réinitialisation affectera tous les modèles de la ressource sur laquelle elle est utilisée (par exemple, si les modèles de messagerie vocale sont réinitialisés, cela affectera le modèle de texte simple, le modèle html et le modèle de téléavertisseur). Un message d’avertissement s’affiche pour demander la confirmation de la réinitialisation afin d’éviter les réinitialisations accidentelles.

Pour voir la transcription dans OSC, cliquez sur la bulle à gauche du numéro du message :

Si aucune transcription n’est disponible (comme pour les messages vocaux créés sans cette option), ce champ sera vide. La transcription apparaîtra dans une fenêtre contextuelle au-dessus de la bulle et disparaîtra après le premier clic en dehors de la fenêtre.

Recherche CNAM

CNAM est un acronyme qui signifie Caller ID Name (nom de l’identifiant de l’appelant).

La recherche CNAM permet de rechercher et d’afficher le nom de l’appelant sur la base de l’ID de l’appelant.

Réglages CNAM :
Les options suivantes sont disponibles et requises :

  • Activer – doit être réglé sur oui pour que le service soit utilisé lorsqu’un appel arrive sur le système.
  • Envoyer le message vocal – une URL valide fournie par un fournisseur de CNAM ; le numéro de téléphone dans l’URL doit être remplacé par “%NUMBER%”.
  • Méthode de Requête – méthode privilégiée pour obtenir une réponse d’un fournisseur de CNAM, définie par le fournisseur lui-même (“get” ou “post”).
  • Délai d’expiration de la requête (sec) – délai en secondes pour obtenir une réponse d’un fournisseur de CNAM.
  • Champ de recherche – champ de la base de données de la CNAM fourni par un fournisseur qui contient les données de l’appelant que nous voulons afficher (par exemple “nom”).
  • Tester le numéro de téléphone – Tout numéro familier à utiliser à des fins de test.

Une demande de test sera effectuée pour chaque action “enregistrer” et “tester” et la réponse sera affichée au bas du formulaire de configuration de la CNAM.

Fournisseurs de services de recherche de la CNAM pouvant être utilisés :

www.cidname.com

Exemple de lien de consultation de la CNAM pour ce fournisseur :

https://www.data24-7.com/

Exemple de lien de consultation de la CNAM pour ce fournisseur :

https://www.opencnam.com/

Exemple de lien de consultation de la CNAM pour ce fournisseur :

Veuillez vérifier auprès de votre fournisseur que le lien de consultation de la CNAM est dans le bon format.

 

Conf Fichiers

Les fichiers de configuration du système sont accessibles via cette section. Seuls les utilisateurs formés à cet effet sont autorisés à modifier les fichiers de configuration.

Tout d’abord, sélectionnez un fichier de configuration dans le menu déroulant. Le fichier s’ouvrira dans une grande zone de texte à partir de laquelle il peut être modifié. Une fois le fichier modifié, cliquez sur le bouton “Enregistrer”.

Si un message indiquant que les fichiers de configuration n’ont pas été mis à jour s’affiche, cliquez sur le bouton “Importer le fichier actuel” ou “Importer tous les fichiers” pour mettre à jour les fichiers. Cette erreur se produit généralement si le fichier de configuration est modifié via la console du système (shell).

Par exemple : Un assistant fait passer les appels dans les salles de conférence et lorsque les touches s’allument sur les téléphones de direction, la direction sait que l’appel se trouve maintenant dans la salle de conférence.
La configuration doit être définie comme suit (exemple pour CC, Conférence 119) :

  • [default]
  • exten => 119,hint,confbridge:119

À propos

La section À propos fournit des informations détaillées sur l’édition du système, les versions actuelles, ainsi que d’autres informations sur les licences et les applications. Pour une meilleure présentation, la page est divisée en deux sections distinctes :

  • License
  • Versions

Licence

La section Licence affiche l’édition, la version, les services étendus et les détails de la licence du système.

  • PBXware :
    Cette ligne identifie l’édition et la version de PBXware, ainsi que l’Asterisk en cours d’exécution.
    (Par exemple, Edition : Business Release : 6.1.1.0 (2812de6d) Exécution : 16.4.0-gc-11e60f76 PBXware Proxy v6.1.1 (3b98def), API : 6, libmemcached version : 1.0.18).
  • Détails de la licence :
    La section Détails de la licence affiche toutes les fonctions activées sur la licence, par exemple :
    • Canaux
    • SDA
    • Extensions
    • Hot Desking
    • SVI
    • Conférences
    • Classement des appels
    • Réunions
    • Module SMS
  • Services évolués :
    Cette section identifie les services évolués du système :
    (par exemple, le dernier appelant, la recherche de groupe, le renvoi d’appel…)
  • Numéro de licence :
    Affiche le numéro de la licence.
    (Par exemple, numéro de licence : 531DAEE0)

Versions

La section Versions affiche des informations sur le “Nom de l’application”, la “Version de sortie” et la “Version actuelle”. Grâce à cette présentation, les utilisateurs peuvent détecter si la version d’une application est différente de la version de publication, ce qui indiquerait que l’application a subi des modifications personnalisées sur le système.

  • Nom de l’application :
    Affiche le nom de l’application.
    (Par exemple, ARI Dial).
  • Version de sortie :
    Affiche la version de l’application spécifiée.
    (Par exemple, Version v1.0 ID : 0b0e80ef).
  • Version actuelle :
    Affiche la version actuelle de l’application spécifiée sur le système.
    (Par exemple, Version v1.0 ID : 0b0e80ef).
  • Lorsque la coche est affichée, cela signifie que la version de sortie et la version actuelle sont identiques.
    (Par exemple, ‘ARI Dial’ -> Version de publication : Version v1.0 ID : 0b0e80ef & Version actuelle : Version v1.0 ID : 0b0e80ef).
  • Lorsque l’icône d’exclamation s’affiche, cela signifie que la version de sortie et la version actuelle ne sont pas les mêmes.
    (Par exemple, ‘Meeting Client’ -> Version de publication : Version v6.0.2 ID : 1715a622 & Version actuelle : Version v6.0.0 ID : 1d67528c).
Partager

23. Réglages

Ou copiez le lien ci-dessous

CONTENU